Passer au contenu principal

L’eau de Divonne cède à la pression

Énorme surprise à Divonne-les-Bains! Vincent Scattolin, le maire de la cité thermale de France voisine, a pris tout le monde au dépourvu en annonçant l’abandon du projet d’usine d’eau minérale lancé par son prédécesseur. Venus en nombre et remontés à bloc, les opposants français, genevois et vaudois n’avaient plus qu’à applaudir cette décision inespérée, au cours d’une «standing ovation» à la hauteur de leur soulagement. Depuis que l’autorisation de construire avait été délivrée en mars, le projet semblait pourtant sur les rails.

Lors de son lancement, il y a trois ans, la «Tribune de Genève» écrivait que l’affaire s’annonçait sous les meilleurs auspices. Mais depuis une année, une fronde s’est levée des deux côtés de la frontière contre l’idée de pomper 80 m3 d’eau par heure dans le sous-sol pour la mettre en bouteille, au risque d’assécher les nappes phréatiques et de diminuer le débit d’une rivière transfrontalière, la Versoix – nommée la Divonne en France.

Les futures nuisances générées par le trafic des camions transportant les bouteilles d’eau minérale via l’autoroute Genève-Lausanne ont aussi suscité des craintes. Rejoint par les jeunes grévistes du climat, le front des opposants a pris de l’ampleur et a été galvanisé par le recours de huit communes vaudoises et deux genevoises contre le projet. Même à l’État de Genève, on s’étonnait de n’avoir pas été associé à l’étude d’impact environnemental.

Tout cela a probablement pesé dans la balance, même si la raison officielle de cet abandon est la rupture du lien de confiance avec l’industriel en charge du projet. Alors que l’urgence climatique est sur toutes les lèvres et que les sécheresses estivales se répètent année après année, prélever de l’eau dans l’environnement pour l’exporter en bouteille aux quatre coins du monde n’est plus vraiment dans l’air du temps.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.