Passer au contenu principal

Le destin de l’Algérie se joue aussi ici

Une présidentielle pas comme les autres se joue entre Alger la blanche et Genève l’internationale. Depuis le 16 février, des manifestations populaires contestent le cinquième mandat du président Bouteflika dans les grandes villes d’Algérie. Et depuis le 24 février, c’est à Genève que se joue une partie de l’incroyable scénario électoral algérien.

Hospitalisé pour subir des contrôles médicaux aux HUG, Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, est en fait, comme le révélait la «Tribune de Genève», en soins continus et «sous menace vitale permanente». De quoi renforcer la détermination du peuple algérien, qui n’a aucune information des médias officiels sur l’état de santé de son président. Du coup, leurs regards se sont tournés vers Genève.

Le standard de l’hôpital a reçu des milliers d’appels provenant d’Algérie, entre canulars et humour noir. Pic de cette tragédie politique algéro-genevoise, un candidat par procuration, médiatique et sans expérience politique, a tenu meeting, ou presque, sur le parvis des HUG avant de se faire interpeller, alors que lui et ses partisans envisageaient d’envahir le hall de l’établissement.

L’Algérie mérite sans doute mieux que la candidature d’un Bouteflika qui ne peut plus parler, aphasique et impotent. Les Algériens qualifient cette situation de mascarade. Après vingt ans de présidence, Bouteflika n’est plus qu’une ombre, une marionnette sans fil qui cache le vrai pouvoir, celui du clan, de l’armée et des oligarques. On peut craindre le pire si cette fiction de candidature perdure jusqu’au scrutin d’avril et si les contestataires sont tout à coup sauvagement réprimés.

La Suisse, qui ne s’est guère exprimée sur le sujet, embarrassée par ce chef d’État malade soigné sur son territoire, ne veut pas compromettre ses futures relations avec Alger. La France s’inquiète et préfère la stabilité d’un régime honni au chaos. Les Algériens qui bénissent Genève ne peuvent donc compter que sur eux-mêmes.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.