Les dernières heures des homophobes?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On pouvait s’attendre à beaucoup de débats un lendemain d’élection, mais on n’a pas vu venir celui-là. En critiquant sur Facebook l’arrivée d’un conseiller d’État homosexuel au gouvernement, et en se prêtant à un amalgame inacceptable entre homosexualité et pédophilie, l’ancien député PLR René Desbaillets s’est attiré les foudres des commentateurs. Cette condamnation quasi unanime est rassurante.

Nombre de magistrats cantonaux en Suisse ont tu leur préférence sexuelle jusqu’à maintenant. Quand on voit le sort réservé à celui qui est le premier à l’assumer publiquement à ce niveau à Genève, on comprend pourquoi. Le viticulteur a certes présenté des excuses, dont on peut mettre en doute la sincérité tant il a persisté dans son discours. Du moins jusqu’à l’appel au boycott de ses vins. Thierry Apothéloz, s’il ne cache pas son orientation sexuelle, n’est pas dans l’affichage. La sexualité d’un élu ne concerne personne, sauf si elle contredit son discours ou si elle viole la loi.

L’appel au boycott des vins Desbaillets est lancé par un Vert. Ce parti ferait bien de balayer devant sa porte. Il a présenté deux candidates au Grand Conseil opposées à l’initiative pour l’égalité entre les partenariats de même sexe et les couples mariés.

L’enjeu est maintenant fédéral. Les normes pénales contre la discrimination basée sur l’orientation sexuelle se font attendre. Après leur approbation en commission du National, il faut espérer qu’elles soient adoptées avant le prochain dérapage. (TDG)

Créé: 07.05.2018, 19h37

Sophie Simon,
Journaliste Rubrique Genève

Articles en relation

À peine élu, un ministre déjà victime d’homophobie

Polémique L’ancien député René Desbaillets a dérapé sur Facebook puis a présenté ses excuses à Thierry Apothéloz. Son fils prend ses distances. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.