Passer au contenu principal

Le défi des démocrates allemands

Lorsqu’on entend parler d’une montée de l’extrême droite en Allemagne, cela fait peur et les fantômes du passé nous reviennent en mémoire. Certes, le triomphe de l’AfD (Alternative pour l’Allemagne) dimanche aux élections régionales constitue une menace pour la démocratie. Mais ce mouvement créé en 2013 par des eurosceptiques est loin d’être implanté dans le pays.

L’AfD était sur le point de s’éteindre en 2015 lorsque la «crise des migrants» a éclaté en Allemagne. Le pays a accueilli plus d’un million de réfugiés l’année passée et cette vague migratoire sans précédent a fait peur à la population. A la faveur de cette crise, les leaders ont axé toute leur campagne contre la chancelière et sa «culture de l’accueil». Il s’agissait, ni plus ni moins, de «sauver l’Allemagne», armes à la frontière, au besoin, contre les réfugiés.

Ces électeurs, qui viennent de tous horizons, n’ont pas voté pour un programme. L’AfD n’en a pas. Le vote de dimanche a été protestataire, surtout pour ceux qui faisaient naguère partie des abstentionnistes. Le mouvement n’a pas de figure charismatique et devra bientôt trouver d’autres thèmes mobilisateurs pour survivre politiquement.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.