Le défi des démocrates allemands

L’éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lorsqu’on entend parler d’une montée de l’extrême droite en Allemagne, cela fait peur et les fantômes du passé nous reviennent en mémoire. Certes, le triomphe de l’AfD (Alternative pour l’Allemagne) dimanche aux élections régionales constitue une menace pour la démocratie. Mais ce mouvement créé en 2013 par des eurosceptiques est loin d’être implanté dans le pays.

L’AfD était sur le point de s’éteindre en 2015 lorsque la «crise des migrants» a éclaté en Allemagne. Le pays a accueilli plus d’un million de réfugiés l’année passée et cette vague migratoire sans précédent a fait peur à la population. A la faveur de cette crise, les leaders ont axé toute leur campagne contre la chancelière et sa «culture de l’accueil». Il s’agissait, ni plus ni moins, de «sauver l’Allemagne», armes à la frontière, au besoin, contre les réfugiés.

Ces électeurs, qui viennent de tous horizons, n’ont pas voté pour un programme. L’AfD n’en a pas. Le vote de dimanche a été protestataire, surtout pour ceux qui faisaient naguère partie des abstentionnistes. Le mouvement n’a pas de figure charismatique et devra bientôt trouver d’autres thèmes mobilisateurs pour survivre politiquement.

Cette percée de l’extrême droite est néanmoins un avertissement à la classe politique. Les réactions de panique des conservateurs pendant la campagne ont montré qu’ils n’étaient pas capables de répondre aux campagnes populistes et xénophobes en restant sur leurs positions.

Les conservateurs allemands devront donc développer une stratégie pour «démonter» ce parti avant qu’il ne s’implante définitivement. Cela, sans répéter les erreurs commises dans d’autres pays d’Europe. En effet, ces élections régionales l’ont confirmé une nouvelle fois: en ratissant sur les terres de l’extrême droite, les conservateurs se retrouvent sanctionnés. En Allemagne aussi, les électeurs préfèrent toujours l’original à la copie.

(TDG)

Créé: 15.03.2016, 07h45

Articles en relation

«Une victoire pour la politique migratoire d’Angela Merkel»

Allemagne Interview à contre-courant de Gero Neugebauer, politologue à l’Université libre de Berlin (FU). Plus...

Christophe Bourdoiseau.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

CH: une femme sur cinq a subi des violences sexuelles
Plus...