Défaillance dans la gestion des pesticides

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce n’est pas la panique, mais on sent une certaine nervosité monter à Berne concernant la présence diffuse des pesticides dans notre environnement. L’an prochain, les Suisses voteront sur deux initiatives visant à interdire ces substances. Deux textes jugés totalement excessifs par la majorité des milieux économiques et agricoles. Mais qui ont toutes leurs chances, à en juger par la gestion brouillonne et désordonnée de ce dossier dans l’Administration fédérale.


Lire aussi: Alerte aux pesticides dans l’eau potable


Ce printemps, un «blockbuster» de notre industrie agrochimique, le chlorothalonil, utilisé depuis cinquante ans contre les moisissures et pourritures de toutes sortes, a été déclaré dangereux par l’Union européenne. Berne a dû suivre en urgence, alors que jusqu’à il y a quelques semaines, ce produit était considéré comme inoffensif. Ce revirement soudain prend de court les paysans. Mais aussi les distributeurs d’eau potable, sommés de dépister une substance dont beaucoup n’avaient jamais entendu parler et de trouver des sources alternatives en cas de contamination.

«Le fait que trois offices fédéraux s’occupent du dossier garantit l’immobilisme et la cacophonie»

Cet épisode illustre de façon exemplaire les défauts du système suisse de gestion des pesticides. Le chlorothalonil est très persistant et s’élimine difficilement – deux critères qui auraient dû conduire à retirer son autorisation depuis longtemps. L’Administration fédérale a tardé à tester ce produit, alors que ses traces apparaissaient dans les eaux souterraines il y a déjà dix ans. Le fait que trois offices fédéraux différents s’occupent du dossier garantit l’immobilisme et la cacophonie des processus. Sans oublier les cantons: certains refusent de dire où les contaminations ont eu lieu, ce qui ne facilite pas la lecture du problème.

Pas de panique, cependant. Selon un expert, les concentrations en résidus sont si faibles qu’il faudrait boire de l’eau contaminée pendant 7000 ans pour avaler l’équivalent d’une aspirine de chlorothalonil. Les partisans des pesticides ont intérêt à apprendre cet argument par cœur avant les votations de l’an prochain.

Créé: 15.08.2019, 21h18

Sylvain Besson, cellule enquête

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jeanne Calment est bien la doyenne de l'humanité
Plus...