Davos: la rencontre impossible

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils s’observent. Ils s’écoutent à distance. Et se détestent. Donald Trump et Greta Thunberg, présentés comme les invités les plus prestigieux du WEF 2020, n’échangeront pas de poignée de main. Ces fameuses images qui nourrissent la légende de Davos et celle de son fondateur Klaus Schwab, à l’origine de rencontres historiques entre frères ennemis.

Grecs et Turcs signent en 1988 une «Déclaration de Davos» pour éviter la guerre. Nord-Coréens et Sud-Coréens s’y rencontrent pour la première fois un an plus tard. Nelson Mandela, deux ans après sa libération, dialogue en 1992 avec Frederik de Clerk pour sceller la fin de l’apartheid. Imités par Yasser Arafat et Shimon Peres, main dans la main pour signer un projet d’accord sur Gaza et Jéricho, en 1994. Davos était en terrain neutre, les conflits géographiquement limités, les compromis envisageables. Aucune paix ne semblait impossible pour les hôtes suisses du sommet.

«Greta Thunberg veut faire «paniquer» Donald Trump. Elle ne parvient qu’à l’horripiler. «Une prophète de malheur», s’énerve le dirigeant américain»

Aujourd'hui, entre le président des États-Unis et l’activiste suédoise, toute rencontre paraît improbable. Greta Thunberg ne dissimule pas son mépris envers Donald Trump, accusé de ne «rien faire» contre le réchauffement. Elle veut le faire «paniquer». Elle ne parvient qu’à l’horripiler. «Une prophète de malheur», s’énerve le dirigeant américain, qui moque son «pessimisme» et «ses prévisions d’apocalypse», incompatibles avec sa vision d’une Amérique prospère et triomphante.

Aucun échange en vue entre celui qui vante le lucratif secteur des hydrocarbures américains et celle qui demande l’abandon immédiat des investissements dans les énergies fossiles. Pour Donald Trump, parler au Nord-Coréen Kim Jong-un ou envisager de s’asseoir à la même table que l’Iranien Hassan Rohani paraît plus simple que de dialoguer avec la jeune militante.

Une rencontre impossible qui continuera à faire l’événement à Davos. Le WEF s’est toujours adapté aux évolutions de la planète. Il invitera de nouveau Donald et Greta, les meilleurs ennemis de l’urgence climatique.

Créé: 21.01.2020, 23h21

Malika Nedir, Cheffe de la Rubrique Monde

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...