À Davos, cette Amérique qui se retire

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À Davos, les États-Unis sont comme cet ami dont l’absence nourrit toutes les conversations autour de la table. Empêtré dans son shutdown, le président Trump n’a pas réédité son spectaculaire passage de l’an dernier. Événement remarqué lors de la première journée du Forum économique mondial: son diplomate en chef, Mike Pompeo, n’est intervenu que par vidéoconférence. Cloîtré à Washington, comme puni. Mais cette punition, cette absence si remarquée et commentée, la première puissance mondiale se l’est infligée à elle-même. Malgré les assurances que «America first» ne signifierait pas «America alone», c’est bien seule qu’elle observe de loin ses concurrents défiler au WEF.

Première parmi tous ces rivaux, la Chine est ici venue en force. Ministres, diplomates, capitaines d’industrie, tous sont présents pour affirmer leur volonté de faire des affaires. Mercredi, le vice-président chinois endossera les habits de défenseur de la mondialisation. Comme l’avait affirmé le président Xi Jinping lors de son passage il y a deux ans, Pékin veut défendre le système international, le multilatéralisme et le libre-échange. Certes, les États-Unis ne pouvaient pas rester éternellement premiers. Les forces profondes de l’histoire font pivoter le centre de gravité du monde de siècle en siècle. Mais en boudant le WEF, en se retirant progressivement de ce monde qu’ils ont tant contribué à forger, ils accélèrent bel et bien l’inéluctable transition. Davos, plus qu’aucun autre rendez-vous planétaire, permet de le mesurer année après année.

Créé: 22.01.2019, 21h33

Articles en relation

Bolsonaro veut séduire en «Trump tropical»

WEF 2019 Devant le Forum économique mondial de Davos, le président brésilien a promis de libéraliser l’économie et de revenir aux «vrais droits de l’homme» comme la famille. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...