Passer au contenu principal

Le courage de déplaire au peuple

Les discours les plus beaux n’ont pas besoin d’être verbeux. En 17 minutes lundi matin – 22 si l’on compte les questions des journalistes –, le premier ministre français, Édouard Philippe, a restitué sa noblesse à la limitation de vitesse à 80 km/h qu’il a introduite l’an passé sur les routes départementales. Cent seize vies épargnées, ce n’est pas tout à fait rien.

----------

À lire : Édouard Philippe défend avec fougue les 80 km/h

----------

Violemment contestée par une partie de l’opposition, dénoncée pour son arbitraire et sa prétendue brutalité centralisatrice par de nombreux élus locaux, cette mesure instituée le 1er juillet était devenue au fil des mois l’exemple même des maladresses du gouvernement, de son absence d’écoute aux sentiments populaires, de son mépris des régions. Beaucoup y voyaient une marotte un peu stupide du premier ministre – une limitation de vitesse, pff ce n’est pas de la haute politique! – et quand on a compris que le président critiquait la mesure, ce fut haro sur le baudet: les 80 km/h étaient une erreur grossière qu’il fallait corriger pour calmer le bon peuple.

«La mesure était devenue au fil des mois l’exemple même des maladresses du gouvernement, de son absence d’écoute»

Le bon peuple bien sûr, c’était les «gilets jaunes». On notera que dans aucune de leurs revendications telles qu’ils les ont formulées ne figure l’abolition des 80 km/h, cela ne fait rien, une sorte de consensus s’était établi: les «gilets jaunes» et les Français veulent l’abrogation de cette mesure, les sondages en témoignent.

Face à cela, avec une sérénité qui n’est pas la règle en politique, Édouard Philippe a opposé la force d’une conviction. Les chiffres qu’il dévoile sont probants, même s’il ne faut pas s’y égarer: la baisse des morts sur la route est légèrement moins forte au deuxième semestre (-4,4%) que sur la moyenne annuelle, un «détail» qu’il escamote pour fournir d’autres chiffres qui étayent mieux sa volonté. Mais sur le fond, il a raison: la limitation de vitesse qu’il a courageusement introduite sauve des vies humaines et préserve d’innombrables citoyens de handicaps affreux.

Que dans la fébrile ambiance politique actuelle, un dirigeant tienne sa ligne et affronte un sentiment populaire réputé majoritaire, c’est à saluer.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.