Coup habile du patron de l’ONU

L'éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Chapeau, Monsieur Guterres! Dans un climat politique de plus en plus irrespirable, le secrétaire général de l’ONU a réussi un coup de maître en nommant l’ancienne présidente chilienne Michelle Bachelet à la tête du Haut-Commissariat aux droits de l’homme. Voilà une personnalité dont l’envergure, la légitimité, l’autorité et l’expérience diplomatique seront de sérieux atouts pour une Genève internationale mise au défi par la montée des populismes et l’arrivée au pouvoir de Donald Trump.


Lire aussi: Bachelet, carte maîtresse de la Genève internationale


On pouvait difficilement trouver meilleure candidate! La fille du héros chilien qui résista au général putschiste Augusto Pinochet fut elle-même torturée sous la dictature. En matière de violations des droits de l’homme, elle sait donc de quoi elle parle. Des années plus tard, au sein d’un gouvernement socialiste, elle a mené un processus de réconciliation nationale… avant d’accéder elle-même à la présidence. Elle a fait adopter le mariage homosexuel et dépénalisé l’avortement. Les jeux politiques, elle connaît. La diplomatie aussi.

Le choix d’Antonio Guterres est d’autant plus remarquable que de nombreux États membres de l’ONU avaient clairement fait comprendre qu’ils ne voulaient pas d’un haut-commissaire aux droits de l’homme aussi offensif que le prince jordanien Zeid Ra’ad Al Hussein. Celui-ci avait décrété «dangereux» le président Donald Trump, «raciste» le premier ministre hongrois Viktor et réclamait une «évaluation psychiatrique» du président philippin Duterte. Pas facile, ensuite, d’aller convaincre ces mêmes leaders politiques de respecter un tant soit peu les droits de l’homme!

Bref, certains craignaient de voir un fonctionnaire terne à la tête du Haut-Commissariat. Cela aurait été une mauvaise nouvelle pour la visibilité des droits de l’homme et de Genève – donc de la Suisse – sur la scène internationale. Au contraire, le choix de Michelle Bachelet réinjecte une bouffée d’espoir. Il reste qu’elle hérite de l’un des emplois les plus difficiles au monde. (TDG)

Créé: 09.08.2018, 22h46

Andrés Allemand, rubrique monde.

Articles en relation

Bachelet, carte maîtresse de la Genève internationale

Genève Une personnalité prestigieuse prend la tête du Haut-Commissariat aux droits de l’homme… en pleine tourmente. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.