Convoquer l’esprit de Melbourne

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Retrouver Roger Federer et Rafael Nadal sur le Centre Court représente un vertigineux voyage dans le temps. Pour nous, spectateurs enthousiastes et anxieux, il renvoie onze ans en arrière, vers cette explosion de sentiments ambivalents au cœur d’un dimanche à la dramaturgie folle. Et chez Roger Federer, il convoque les souvenirs de la mère des défaites, ce point de bascule qui a définitivement transformé Rafael Nadal en menace globale. En rival total, son égal.

Ce voyage vers le 6 juillet 2008, tout Wimbledon se plaît à l’entreprendre depuis quarante-huit heures. Grâce à lui, chacun peut contempler le chemin parcouru par deux champions uniques. Le temps long permet d’admirer la résilience de l’un, les innovations de l’autre. Et vice versa. Sublime, la vue donne le tournis. À tel point que la dimension historique de ces retrouvailles menace d’éclipser leurs immédiats enjeux sportifs.

Mercredi soir, Roger Federer a semblé se méfier du piège. «Apparemment, cela fait onze ans depuis notre dernier match à Wimbledon», osa-t-il en suggérant l’amnésie. Le «Maître» ne voulait donc pas contempler l’histoire. Pas tout de suite, pas cette histoire-là. La démarche peut se comprendre. «RF» souhaite rester dans l’instant, jouer chaque balle plutôt que courir après un résultat qui va peser dans la course aux records. Mais pourquoi n’y parviendrait-il pas en regardant dans les yeux la beauté du moment, en embrassant toutes les dimensions du défi pour mieux s’y abandonner? Roger Federer le sait, l’exemple à suivre le ramène vers son formidable Open d’Australie 2017.

Or qu’avait-il confié juste avant de rencontrer Rafael Nadal en finale? «Je ne suis pas obligé de gagner.» Avec le recul, le Bâlois avait-il plus à perdre il y a trente mois dans la fournaise de la Rod Laver Arena que tout à l’heure sur le Centre Court de Wimbledon? La réponse est non. Rien n’empêche donc Roger Federer de retrouver son lâcher-prise australien. Il est l’heure de convoquer l’esprit de Melbourne.

Créé: 11.07.2019, 21h06

Mathieu Aeschmann, Rubrique Sports

Articles en relation

Onze ans après, Roger Federer et Rafael Nadal réveillent le mythe

Tennis Le Suisse et l'Espagnol ne se sont plus affrontés à Wimbledon depuis leur épique finale de 2008. Vendredi, l’histoire continue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...