Confiance réciproque requise à la naissance

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une femme impuissante aux mains d’un médecin sadique. Voilà l’image qui vient en tête lorsque l’on entend parler de «violences obstétricales». Un récent documentaire de la réalisatrice française Ovidie met en lumière les accouchements traumatisants, et entend montrer qu’un «sexisme systémique» sévit dans les maternités. L’angle féministe était attendu, la réalité, elle, est plus complexe, en tout cas en Suisse romande. Sages-femmes ou obstétriciennes, toutes confient leur malaise quant à la violence de ces termes.

«L’accusation tombe parfois là où on ne l’attend pas», confie une gynécologue. En effet, un accouchement qui se déroule dans les règles de l’art peut être vécu comme traumatisant. L’écart entre la naissance rêvée et la réalité n’est pas toujours accepté, entend-on aussi. Si de réels faux pas médicaux existent – souvenons-nous de la parturiente renvoyée chez elle par les HUG malgré ses contractions qui avait accouché dans le taxi – beaucoup de situations difficiles sont dues à un manque de communication et de considération.

Depuis dix ans, la maternité des HUG propose un «entretien de vécu de naissance», où le couple peut venir questionner le processus de l’accouchement et exprimer son mal-être. Ces discussions soulagent les femmes et permettent de surcroît à l’interne de faire remonter les témoignages aux services concernés, qui en prennent bonne note - sur le papier du moins. Une initiative intelligente permettant de dénouer des situations complexes tout en tissant un lien de confiance entre le public et le corps médical.

Pour que cette confiance, indispensable au moment de donner la vie, soit assurée, les femmes sont en droit de compter sur le professionnalisme et la bienveillance de leur sage-femme ou de leur gynécologue. Mais ces derniers doivent également pouvoir œuvrer sans crainte de se voir accusés injustemment de mauvais traitement.

Créé: 15.08.2019, 07h09

Marianne Grosjean

Rubrique Genève

Articles en relation

Quand la «violence obstétricale» heurte les professionnels

Maternité Suite à un documentaire d'Ovidie sur les accouchements traumatisants, sages-femmes et gynécologues romands confient leur vision des pratiques intolérables. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.