Le commerce des armes sous pression

L’éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La loi qui encadre l’exportation de matériel de guerre a été interprétée et appliquée de manière «plutôt favorable à l’économie» au cours des vingt dernières années. Ce n’est pas une nouvelle accusation du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), mais un constat du très rigoureux Contrôle fédéral des finances. Qui enfonce le clou dans un rapport d’une étonnante sévérité: la surveillance exercée par la Confédération auprès des producteurs d’armement s’avère lacunaire. Premier visé, le Secrétariat d’État à l’économie crie déjà au scandale.


Lire aussi: Un rapport explosif sur les ventes d’armes de la Suisse


Cette passe d’armes, fort inhabituelle à Berne, attise un débat déjà enflammé autour du commerce du matériel de guerre. D’un côté, les tenants d’une Suisse pacifique, fière de sa longue tradition humanitaire. De l’autre, les défenseurs d’une industrie qui écoule chaque année pour plus de 400 millions de francs d’armes à l’étranger. La Suisse occupe le 11e rang au classement des plus gros exportateurs mondiaux. Et de nombreux emplois en dépendent.

Le Conseil fédéral a choisi son camp. Il s’apprête à entériner, avec l’aval de deux commissions parlementaires, une décision controversée prise en juin: faciliter les ventes d’armes dans les pays touchés par un conflit interne. Le gouvernement tente de rassurer son monde en jurant que le matériel «Swiss made» ne pourra pas alimenter les guerres civiles qui font rage au Yémen ou en Syrie. Mais il en faudra plus pour calmer l’ire de la gauche et des adversaires du secteur de l’armement. Reste à savoir ce qu’en pense le peuple suisse. En 2009, il balayait une initiative qui exigeait l’interdiction de toute exportation de matériel de guerre. Il aura bientôt à nouveau son mot à dire, puisque le GSsA est revenu à la charge au début de l’été avec un texte qui entend bloquer le financement de cette industrie. Les positions resteront sans doute irréconciliables. (TDG)

Créé: 03.09.2018, 23h04

Patrick Monay, chef de la rubrique Suisse

Articles en relation

Un rapport explosif sur les ventes d’armes de la Suisse

Contrôle fédéral des finances Le rapport pointe de grosses lacunes en matière de contrôle. Le SECO dénonce un document orienté avec des erreurs. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Suisse, nid d'espions
Plus...