Combattre la dépendance et renaître

L’éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«On sert du vin à table, le soir du réveillon? Parce qu’il y aura ta mère… Et tu n’as pas peur que Gabriel aille directement fumer des joints au grenier après le repas?» Les fêtes de fin d’année arrivent. Avec elles, le cortège des problèmes de tous les convives. Dont l’addiction. Soit ce besoin impérieux d’une substance ou d’une pratique, légale ou illégale, pour fonctionner. Et l’impossibilité d’arrêter, malgré les tentatives et les conséquences négatives sur l’équilibre physique, psychique, social, professionnel ou financier.


Pour écouter nos podcasts: Ces héros anonymes qui sont sortis de leur addiction


Pour notre série de podcasts audio, à écouter sur addiction.tdg.ch, nous avons rencontré six ex-dépendants. Une femme, ancienne héroïnomane, et cinq hommes, respectivement anciens accros à l’alcool, aux night-clubs, à la cocaïne, au cannabis et aux jeux vidéo. Une proportion qui ne surprend pas la Dre Sophia Achab, spécialisée dans les addictions comportementales aux Hôpitaux universitaires de Genève. Elle constate que davantage d’hommes consultent médicalement pour une addiction, ce qui pourrait être dû «à la notion de honte, plus grande chez les femmes, d’afficher une dépendance».

Peu importe leur sexe ou la nature de l’addiction, ces anciens dépendants livrent un discours similaire: descente aux enfers, prise de conscience, puis choix entre un nouveau départ ou un laisser-aller jusqu’à la mort. Certains s’en sont sortis grâce à des cures, des médecins, des groupes de parole; d’autres grâce à des assistants sociaux ou à leur famille. Tous ont quitté leur ancien entourage, également addict. Dans leur bouche, plus d’excuses de type «ce n’est pas de ma faute, tout le monde fait pareil, ce n’est pas si grave». Angie, ex-dépendante, résume: «On en est là parce qu’on a fait des choix, et on s’en sortira parce qu’on fera des choix.» Poignants, ces témoignages ne se contentent pas de raconter les affres de l’addiction. Ils mettent surtout en lumière une résilience incroyable et un amour de la vie contagieux. (TDG)

Créé: 17.12.2018, 07h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: la crudité de certains slogans a choqué
Plus...