Les colibris passent à l’offensive

L’éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vous ne connaissez pas la fable du colibri? Elle nous aurait été transmise par les Amérindiens et est citée de plus en plus dans les discussions liées au climat. Cours de rattrapage, le cas échéant, en résumé.


Lire aussi: Pour sauver le climat, une marche torride traverse Genève


Lors de l’embrasement d’une forêt, tous les animaux se retrouvent tétanisés, sauf un oiseau-mouche qui s’active en va-et-vient, lâchant les gouttes contenues dans son bec sur le brasier. Un toucan claque: «C’est avec ça que tu entends éteindre le feu?» Et l’oiselet de clore la discussion avant de reprendre son vol: «L’important, c’est que je fasse ma part.»

Les milliers d’habitants qui ont participé, ce week-end à Genève, à la marche pour le climat constituent l’avant-garde du vol. Non seulement ils étaient de cinq à dix fois plus nombreux que l’année précédente, mais ils s’inscrivent dans un mouvement planétaire lancé en 2014, à la veille du sommet des Nations Unies sur le climat à New York.

Derrière eux, une immense majorité de la population, ici, se remet en question. Il y a les ultras, prêts à renoncer aux vacances à l’étranger, à la viande rouge ou à un véhicule motorisé. Mais aussi, plus modérés, ceux qui veulent faire des gestes: poubelles vertes, refus des pailles en plastique et covoiturage chaque fois que rouler ainsi se peut.

Même s’il ne faut pas confondre climat et météo, celle-ci est venue en renfort des revendications. Alors qu’une tempête frappait le Portugal, on bronzait en Suisse. Au-delà, l’enjeu est bien de conserver la planète. Les Nations Unies ont d’ailleurs placé cette sauvegarde au cœur de leur combat pour le développement durable. On est quasi sûr, désormais, que parvenir à diminuer le réchauffement prévu de 0,5 degré – effort considérable – pourrait sauver nombre de terres et de vies.

Manquait une morale «lafontainienne» à la fable du colibri. Celle-ci a des chances de s’imposer: «Si tu ne pars pas à point, prends vite ton envol!»

Créé: 15.10.2018, 07h36

Denis Etienne, rédacteur en chef adjoint

Articles en relation

Pour sauver le climat, une marche torride traverse Genève

Environnement Sous un soleil estival d’octobre, des milliers de manifestants ont défilé contre le réchauffement climatique. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...