Cancer: offrir les moyens de se relever

L’éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. Elles sont 90 000 à être touchées en Suisse. Même si notre pays présente un bon pronostic de survie, ce cancer reste la première cause de mortalité chez les 40-50 ans. Celles qui survivent n’en sortent pas indemnes. Après des mois de lutte, la rémission ne signifie pas la fin du combat. Pour certaines, il faut faire le deuil d’une partie de leur féminité, de leur identité. Se réapproprier ce nouveau corps. On se dit que tout est mis en place pour les aider dans ce processus. On se trompe. Le Grand Conseil vient d’ailleurs de voter une résolution pour tenter d’y remédier.


Lire également: «Il faut garantir la dignité des patientes en remboursant totalement la reconstruction»


Après une reconstruction mammaire, le sein opéré est parfois plus petit que son voisin. Une réduction du sein «sain» est alors possible et son remboursement par l’assurance obligatoire est inscrit dans la loi. Mais lorsque le sein non affecté doit être augmenté pour retrouver une symétrie, la loi ne dit rien. Le remboursement n’est pas automatique mais laissé à l’appréciation du médecin-conseil de l’assurance. Pourquoi cette différence? Craindrait-on que certaines profitent de leur cancer pour gagner une taille de soutien-gorge aux frais du contribuable?

La prise en charge d’une autre mesure devrait aussi figurer dans la loi, selon les députés: la création d’un mamelon grâce au tatouage. Des spécialistes produisent des réalisations en 3D bluffantes. Mais non remboursées.

Ces bâtons dans les roues de ces battantes n’ont pas lieu d’être. Elles méritent de marcher vers leur reconstruction sans entraves.

Créé: 04.02.2019, 22h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...