Le cadeau dépassé du Happy Meal

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le jouet du Happy Meal… Que de souvenirs. Il y a trente ans, lors de passages alors bien plus rares qu’aujourd’hui au McDonald’s, il était incontournable. Mais est-ce que le plaisir aurait été le même sans ces petits jouets dissimulés dans des boîtes en carton alors pliables ou à découper en de multiples formes? Avec un peu de recul, c’est fort probable.


lire également : À 7 et 9 ans, elles veulent tuer le «Happy Meal»


Honnêtement, je n’arrive pas à me souvenir si nous ramenions vraiment à la maison ces objets bas de gamme et déjà fabriqués à la pelle en Chine. À l’époque, seule certitude, la problématique posée par la pollution plastique n’entrait absolument pas en ligne de compte. Mais puisque désormais cet enjeu est connu et prend des dimensions inquiétantes, il semble temps de mettre un terme à des pratiques finalement aberrantes et surtout dépassées.

Les enfants, dont beaucoup croulent déjà sous une pléthore de jouets bien plus perfectionnés, n’en veulent plus eux-mêmes. Pour preuve, au Japon, les 2900 McDonald’s s’étant dotés de boîtes à recycler ces jouets en ont récupéré 1,27 million en dix semaines. Et il y a fort à parier qu’une telle quantité, si ce n’est plus, pollue les poubelles de l’enseigne américaine, et cela pas seulement au pays du Soleil levant.

Renoncer à transmettre de telles mauvaises habitudes à la nouvelle génération n’apparaît pas comme une mission impossible. Car, in fine, les enfants ne réclament ce genre de petits cadeaux que parce que leurs parents ont, un jour, eu la faiblesse de leur en offrir un.

Créé: 09.07.2019, 22h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.