La Bâtie 2019, une affaire de famille

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Évacués, les slogans provocateurs du type «Familles, je vous hais!» Aujourd’hui, ses parents, ses grands-parents, ses enfants, on les dorlote collectivement, au grand jour.

À l’image de cette 43e Bâtie tout juste achevée, qui a placé le lien familial au cœur de ses obsessions. Un sujet inépuisable – chacun le confirmera – que le pan théâtral du festival a abordé sous l’angle tour à tour politique (avec notamment le «Granma» de Stefan Kaegi), intime («Nos parents» de Pascal Rambert), mythologique («Tous des oiseaux» de Wajdi Mouawad), ou poétique (le «Pas» beckettien repris par Laurence Montandon et Jane Friedrich).

Dans son fonctionnement même, notre rendez-vous de la rentrée n’échappe pas non plus à l’effet tribu. Cette édition, plus qu’aucune autre, s’est en effet tissé un réseau de partenaires qui fait de chaque institution impliquée un cousin de plus à choyer. À écouter dans ses exigences de programmation, de calendrier, de politique tarifaire ou d’accueil des publics, sans pour autant laisser phagocyter son identité propre.

Si La Bâtie de Claude Ratzé étend sa parentèle jusqu’à Lausanne, Saint-Genis-Pouilly, Nyon ou Machilly, si elle cultive des alliances rurales autant qu’urbaines ou suburbaines, la consanguinité pourrait néanmoins la guetter. À moins qu’elle affirme haut et fort à ses proches son besoin d’exogamie.

La vitalité d’un festival d’arts vivants se mesure en effet à la fécondation réciproque qu’elle permet entre les créations petites et grandes, locales et lointaines, illustres et émergentes, consensuelles et provocatrices.

Créé: 15.09.2019, 18h42

Katya Berger, rubrique Culture

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...