Le bonheur au travail: une utopie?

L'éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les vendredis, lundis et mercredis seraient moins peuplés que les autres jours dans les entreprises qui proposent le télétravail à leurs collaborateurs. «Vendredi, ils partent en week-end, lundi ils le prolongent et mercredi ils s’occupent des enfants.» Aussi provocateur que soit ce constat dressé avec humour par le patron d’une société belge, adepte du travail à distance, il n’est pas aussi farfelu qu’il n’y paraît.


Lire aussi: Les SIG prônent le bonheur au travail


À Genève, les Services industriels (SIG) développent, depuis 2012, une nouvelle organisation qui repose sur la souplesse des horaires, le télétravail, la confiance et l’autonomie. Meilleur équilibre entre vie professionnelle et privée à la clé. Gain de productivité aussi, affirme le directeur général des SIG, Christian Brunier: «Le personnel se sent mieux dans ses baskets et les résultats s’en ressentent positivement. Une opération gagnant-gagnant.»

Serait-ce là la recette du bonheur au travail? Grâce à une plus grande souplesse des horaires, les employés sont en tout cas ravis de pouvoir emmener leurs enfants à un rendez-vous médical ou leur véhicule chez le garagiste durant leur temps de travail. Quitte à ouvrir leur ordinateur le soir pour respecter leurs 40 heures de travail hebdomadaire. D’autres apprécient de pouvoir travailler parfois chez un parent âgé qui a besoin de compagnie. Ce sont-là les avantages du télétravail.

Aux SIG, tant que les objectifs sont atteints, les collaborateurs peuvent s’organiser comme ils l’entendent, garantit le directeur général! Vraiment? Pas si simple, réagissent des employés. Certains responsables auraient ainsi encore de la peine à accepter qu’un collègue s’absente un vendredi, suspectant le désir d’un week-end prolongé… Et alors? Cela fait partie du jeu! L’un des gros challenges de la réforme en cours concerne l’adaptation des cadres intermédiaires à la nouvelle culture d’entreprise, qui préconise un certain lâcher-prise auquel ils ne sont pas habitués.

Créé: 21.01.2019, 06h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...