Passer au contenu principal

Pas de Big Bang pour Big Ben

Quand Big Ben a sonné les onze coups du Brexit officiel, cette nuit, le Big Bang annoncé par les Brexiters n’aura pas encore eu lieu. Ce samedi, le sommet de la tour de Londres émerge à peine d’un smog persistant depuis trois ans et demi de crise politique, à l’aube d’une nouvelle année de nébuleuse transition et de négociations serrées avec Bruxelles.

Quel sera l’avenir du Royaume-Uni? Nul ne le sait. Sa marge de manœuvre paraît étroite. Un découplage d’avec les normes européennes serait aussi coûteux que contre-productif. Et ses liens économiques tissés depuis quarante-sept ans d’adhésion avec le continent sont aussi vitaux pour les Britanniques que pour les Suisses, hors de l’UE. Londres pourrait comme Berne devoir se plier à la loi européenne sans avoir son mot à dire.

Sinon, la Grande-Bretagne sera «a small island», un Union Jack planté sur un château de sable, comme à la une du «Guardian» de vendredi. Avec le risque que le drapeau de l’Union se déchire à la première poussée nationaliste en Écosse ou en Irlande.

La sortie de l’UE peut cependant ouvrir à Londres les débouchés de l’«Anglosphère» libérale (Canada, Australie, États-Unis, etc.), pour devenir une «Singapour-sur-Tamise». Mais cette voie pourrait bien fâcher les Brexiters du nord de l’Angleterre, victimes de la mondialisation. Car Boris Johnson leur a promis plus d’État, d’administration et de régulation. Tout ce que les Brexiters du sud rejetaient en votant «leave».

Ce Brexit douloureux et paradoxal, qui va coûter 14 milliards d’euros annuels (la contribution britannique) à l’Union européenne, est une nouvelle victoire du populisme. Big Ben ne sonnera sans doute pas la fin des démagogues en Europe. Le Big Bang, le vrai, attend son heure.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.