Un besoin de clarté en cuisine

Editorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ces images-chocs ont provoqué un petit tremblement de terre. Depuis dimanche, nous avons documenté dans une série d’articles les pires infractions constatées dans les restaurants suisses. Avec, en accompagnement, des photos prises lors des inspections et montrant des cuisines sales, des mets moisis, des insectes morts.


Lire également «Les restaurants vaudois laissent éclater leur grogne face aux contrôles»

Des restaurateurs se sont plaints que ces cas extrêmes, dus à des «moutons noirs», jettent le discrédit sur leur profession. Ce danger d’amalgame est réel – mais la branche de la restauration en est en partie responsable. Au parlement, elle s’est battue pour qu’un secret strict continue à protéger les établissements pris en faute. Résultat: en Suisse, le public ne peut avoir accès aux résultats des inspections menées dans les restaurants. Les décisions judiciaires qui sanctionnent les pires contrevenants ne nous ont été remises que sous une forme censurée, sans les noms.

Cette culture de l’opacité doit-elle changer? À Berne et dans les cantons, les autorités admettent que la situation actuelle est insatisfaisante. Le nombre de restaurants augmente sans cesse et le personnel chargé de les contrôler reste très limité. Certains cantons n’arrivent pas à atteindre le seuil minimal d’inspections fixé par la loi. Dans d’autres, comme Vaud, le renforcement des contrôles engendre de sérieuses tensions entre services de l’État et professionnels. À tel point que le Canton a dû intervenir pour calmer la grogne des restaurateurs, bouchers et boulangers vaudois face à des inspections jugées trop rigoureuses.

Plutôt que de viser une multiplication des contrôles, ou davantage de répression, il serait plus simple et moins coûteux de rendre les résultats des inspections visibles par tous. Cette transparence pousserait les établissements mal notés à s’améliorer très vite, ou à disparaître.

La transparence n’est pas une solution miracle. Elle pourrait même entraîner des problèmes si les inspecteurs s’autocensuraient pour éviter la faillite de certains établissements. Mais le client suisse est assez adulte, et paie largement assez cher, pour savoir si les restaurants qu’il fréquente respectent ou non les normes légales d’hygiène et de qualité.

Créé: 26.02.2020, 07h55

Sylvain Besson, journaliste de la cellule Enquête

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Articles en relation

Gare aux menus trompeurs de certains restaurants

Restaurants hors la loi Les produits qui figurent sur les menus sont parfois mensongers. Notre analyse des inspections dans les restaurants montre l’étendue de la fraude. Plus...

Restos hors la loi: «Je me méfie des lasagnes tièdes sur les buffets»

Restaurants Après nos révélations sur la propreté douteuse de certains restaurants, Barbara Pfenniger, de la Fédération romande des consommateurs, donne ses conseils pour bien choisir son établissement. Et pour ne pas s’empoisonner chez soi. Plus...

Des scènes répugnantes découvertes dans les restaurants suisses

Chaque année, des centaines d’établissements sont sanctionnés pour des nourritures moisies, des cuisines sales ou des indications trompeuses. Les ordonnances pénales que nous avons obtenues dévoilent des situations peu reluisantes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...