Passer au contenu principal

Barthassat veut isoler Genève. Si si!

Après Serge Dal Busco qui s’est lâché sur Facebook, voici Luc Barthassat qui pose une petite bombe sur la frontière. Il était 20 heures lundi soir quand le ministre des Transports genevois, invité par les représentants des dix-sept communes du Genevois français, a pris la parole pour parler de mobilité. Un parterre de rêve pour lancer son idée de génie: et si, plutôt qu’un péage urbain, on instaurait un péage à l’entrée du canton?

A raison d’un franc collecté à chacun des 250 000 passages de la frontière par jour, l’Etat toucherait 50 millions de francs par an qui permettraient de financer les grands projets de mobilité régionaux.

Il fallait y penser, et surtout oser. Qui peut encore prétendre que nos gouvernants manquent d’initiative et de courage? Car il ne s’agit pas juste d’une idée en l’air. M. Barthassat précise qu’il en a déjà parlé à la conseillère fédérale Doris Leuthard. On ne sait pas ce qu’elle a répondu. Mais dans la Berne fédérale, l’information n’a pas encore transpiré. Heureusement. On ne sait pas non plus si les collègues du Conseil d’Etat étaient au parfum. Ils restaient inatteignables mardi. Malheureusement.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.