Passer au contenu principal

En Autriche, l’obsession de l’islam

Vainqueur des législatives avec plus de 30% des voix, le chrétien-démocrate Sebastian Kurz sera le prochain chancelier autrichien. Pour gouverner, il devra nouer une alliance. Il n’a écarté aucune hypothèse, mais la plus probable est une nouvelle coalition avec le Parti de la liberté (FPÖ).

----------

Lire aussi: Sebastian Kurz, l’homme qui réinvente le populisme

----------

En Europe, on s’inquiète d’un probable retour aux affaires du parti populiste. En 2000, c’était déjà le cas. Bruxelles s’était ému des «propos insultants, xénophobes et racistes de Jörg Haider», alors leader du FPÖ, les jugeant contraires aux valeurs européennes. Des sanctions avaient été votées contre Vienne, mais au bout de sept mois, elles avaient été levées.

Croire que le FPÖ est la seule composante d’une méfiance croissante à l’égard de l’islam chez nos voisins alpins serait une erreur.

L’idée que «les musulmans ne sont pas chez eux en Autriche», comme le dit le leader du FPÖ, Heinz-Christian Strache, s’est diffusée dans les deux grands partis qui gouvernent l’Autriche depuis la fin de la guerre. Le chrétien-démocrate Sebastian Kurz a fait campagne sur la fermeture aux émigrés de la route des Balkans, alors qu’il était ministre de l’Intégration et des Affaires étrangères. Il a d’ailleurs appelé les électeurs à voter pour son parti, l’ÖVP, «le seul capable de transformer en loi les propositions du FPÖ».

En 2015, une loi sur l’islam rendait caduque celle de 1912, qui faisait du culte musulman une religion officielle du pays. Ce nouveau texte interdit les financements étrangers des mosquées. Il y a deux semaines, un texte sur l’intégration interdisant le voile intégral entrait en vigueur. Ces deux textes inspirés du FPÖ étaient aussi adoptés par une majorité de parlementaires sociaux-démocrates et conservateurs.

A Vienne, quand on mange un croissant, on dit encore qu’on mange un «Turc». En référence à la victoire des Autrichiens sur les Ottomans en 1683 et à la légende donnant naissance à cette viennoiserie…

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.