Passer au contenu principal

Annemasse, ton commerce impitoyable

Quelle audace! Des commerçants annemassiens cherchent à vendre! Ils veulent profiter de la frénésie d’achats de Noël pour se rappeler au bon souvenir des ménagères genevoises: leurs échoppes ne seront bientôt plus qu’à un jet de tram.

À une quinzaine de jours de l’inauguration du Léman Express, il y a de quoi donner un ulcère au conseiller d’État MCG Mauro Poggia, selon qui cette publicité, posée sur un véhicule qui passera la frontière quotidiennement, «frise l’insulte». Si l’on frise quelque chose dans cette histoire, c’est sans doute le ridicule. Et des deux côtés du tableau.

«Du beau, du bon, du vrai» côté Annemasse? Allons, allons, pas de panique. Ce n’est pas avec un slogan inspiré d’une marque de vermouth ( «Dubo Dubon Dubonnet») que le tourisme d’achat va connaître une envolée fatale. Annemasse, où les boutiques en faillite ne manquent pas, n’est pas encore une Mecque régionale du shopping. Mais elle a du potentiel.

C’est que le sujet est «sensible», répète par deux fois Mauro Poggia sur Facebook, en mode écorché vif. Alors qu’il faudrait enterrer la hache de guerre, venir ajouter de l’huile sur le feu transfrontalier à deux semaines du grand jour laisse perplexe. Fort heureusement, le maire de Saint-Cergues, Gabriel Doublet, fait contre mauvaise fortune bon cœur et demande juste «un peu d’amour».

Espérons que les usagers du CEVA sauront cohabiter avec plus de dignité que les commentateurs des réseaux sociaux. Et que les clients genevois puissent partir en tram à l’assaut d’Annemasse si ça leur chante, la tête haute, conscients des mythes dont on les baratine sur l’îlot de cherté suisse, pour mieux les plumer.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.