L’agonie en jaune de la Ve République

L'éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président Macron est victime aujourd’hui de ce qui fit son succès hier. Il avait fédéré les suffrages de gauche et de droite pour parvenir à se faire élire. Maintenant, il concentre sur lui les colères exprimées par les deux camps avec, en plus, celles éprouvées par tous ceux qui, nombreux, avaient choisi l’extrémisme, le vote blanc ou l’abstention. Tout le monde porte un gilet jaune!


À lire aussi: La révolte des gilets jaunes devient crise nationale


Cela dit, la crise quasi insurrectionnelle qui secoue la France dépasse la seule personne d’Emmanuel Macron. Il paie aussi les frustrations nées des quinquennats ratés de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Surtout, l’actuel président occupe l’Élysée alors que les institutions de la Ve République commencent à donner les signes de l’agonie.

Elles furent taillées sur mesure par et pour un chef d’État exceptionnel – le général de Gaulle – afin de répondre à une situation exceptionnelle – la décolonisation. À cette époque, la concentration des pouvoirs dans les mains du président de la République semblait indispensable pour assurer la stabilité du pouvoir et faire renaître par la politique industrielle de l’État une économie française que les guerres coloniales avaient saignée à blanc.


À lire aussi: La colère noire des «gilets jaunes»


Soixante ans plus tard, cette omnipotence est devenue créatrice d’impotence. Disposant de tous les leviers, le président français est devenu le centre de toutes les réclamations, le symbole de toutes les frustrations et l’objet de toutes les détestations. Les institutions de la Ve République sécrètent une certaine infantilisation des citoyens qui, ne pouvant s’exprimer que tous les cinq ans lors de l’élection présidentielle, en sont réduits au ressentiment chronique envers leur chef d’État.

La crise actuelle dépasse les seuls aspects fiscaux et pose cette question fondamentale: comment donner aux Français les canaux d’expression nécessaires pour les rendre acteurs de leur destin?

(TDG)

Créé: 02.12.2018, 21h57

Jean-Noël Cuénod, journaliste

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...