L’ADN, la preuve et la prudence

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les chiffres sont colossaux: chaque jour, plus de quinze noms de suspects sont transmis aux polices cantonales sur la base de profils ADN. Ces 5000 identifications annuelles sont rendues possibles grâce à des traces – parfois microscopiques – et à un fichier national.


Lire aussi: Comment l’ADN a bouleversé les affaires judiciaires


En quinze ans, l’ADN s’est imposé comme l’outil indispensable de la justice pénale. Comment mettre en doute ces preuves qui rendent chaque individu si unique? Couplée à la banque de données qui croît de manière exponentielle, l’utilisation de l’ADN est promise à un bel avenir. D’autant que la science avance à grande vitesse. Dans quelques années, elle sera capable de tracer des portraits-robots à partir de traces infimes laissées sur le lieu de l’infraction.

Doit-on pour autant accorder une confiance aveugle aux preuves ADN? La mésaventure d’une Genevoise de 55 ans, l’an dernier, laisse penser que non. Arrêtée par la police de Saint-Gall, elle a dû brandir de bons vieux alibis (une quittance de pharmacie) pour prouver qu’elle se trouvait à 350 kilomètres du cambriolage au moment de celui-ci. L’affaire lui a tout de même valu une interpellation en public, les menottes et deux jours de détention.

Autre invitation à la vigilance: ce sont les polices qui déterminent quelle personne intègre le fichier national. Jusqu’en 2014, elles opéraient sans entraves ou presque. Il a fallu que des tagueurs alémaniques s’opposent à leur fichage devant la justice pour que la jurisprudence fixe des critères raisonnables. Désormais, seuls les auteurs de délits suffisamment graves devraient se voir fichés.

Il y a vingt ans, quand la population découvrait les prémices du fichage génétique, un éditorialiste de ce journal l’affirmait: «À ce jeu-là, les Suisses risquent d’être très nombreux à finir dans la banque de données.» Il avait vu juste puisqu’ils sont désormais 200 000.

Créé: 07.10.2018, 16h26

Luca Di Stefano, journaliste rubrique Genève

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...