En 2019, un monde sans boussole

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un monde sans boussole: c’est le sentiment qui domine en ce début d’année 2019. L’Amérique de Trump est imprévisible. L’Europe est présidée par l’un de ses États les plus faibles, la Roumanie. Alors même que l’UE est de plus en plus paralysée par des velléités souverainistes au sud et à l’est. Ni Angela Merkel ni Emmanuel Macron ne sont en position d’imprimer une nouvelle dynamique commune. Quant à la Chine du président Xi Jinping, tout montre que sa soif de puissance économique se double d’un inquiétant impérialisme régional. Enfin, l’autre géant militaire, la Russie de Poutine, joue avec les nerfs de ses voisins, tant européens qu’asiatiques. C’est le paradoxe de ce début du XXIe siècle. Jamais le monde n’a été aussi imbriqué et interdépendant, mais rarement les États n’ont paru si peu enclins à partager les valeurs universelles proclamées au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

Les démocraties occidentales sont aujourd’hui confrontées à des régimes autoritaires et à une vague souverainiste d’une ampleur quasi inédite. Pour un peu on douterait qu’elles soient en mesure de peser sur l’avenir du monde. Mais ce serait oublier que les autocraties sont vulnérables et en réalité peu stables. Contrairement aux démocraties, ces pouvoirs forts sont moins perméables à leurs erreurs et finissent presque toujours par s’autodétruire dans des luttes intestines. Les démocraties sont par nature fragiles mais mieux à même de se renouveler. L’histoire n’est donc pas encore écrite.

Créé: 02.01.2019, 20h01

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.