Yes FM et Rouge FM sont reprises par le genevois MediaOne

MédiasAntoine de Raemy, qui exploite les fréquences One FM et LFM confirme. 120 salariés sont concernés.

Antoine de Raemy.

Antoine de Raemy. Image: DR/FB

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les deux groupes de radios privées qui se sont entre-déchirés durant des années pour le contrôle des auditeurs de l’arc lémanique vont se rapprocher, a appris la Tribune de Genève de deux sources au fait des discussions en cours.

Contacté jeudi après-midi, Antoine de Raemy, le fondateur de Media One – la société derrière One FM et LFM – confirme l’arrivée du groupe Rouge et de ses stations Rouge FM et Yes FM dans le giron de sa société. La chaîne télévisée Rouge TV fait également partie du nouvel ensemble. Leur propriétaire, Hugues de Montfalcon de Flaxieu, «deviendra l’un de nos associés», précise Antoine de Raemy, qui n’avance pas la part qui doit lui revenir dans le nouvel ensemble.

Rouge «se porte bien»

Le rapprochement ne serait pas justifié par des difficultés au sein du groupe Rouge – en septembre, des employés évoquaient une cinquantaine de licenciements et de départs en l’espace de deux ans. Le groupe lausannois «se porte bien et ne perd pas d’argent», rétorque le patron de Media One. Cette fusion vise selon lui à former une nouvelle force de frappe lémanique sur un marché publicitaire en difficulté; une tendance à l’œuvre aussi bien dans l’alliance des géants Ringier, SSR et Swisscom que dans celle de stations FM jurassiennes et neuchâteloises.

«Nous visons à terme la formation d’un groupe capable de générer 25 millions de francs de recettes», esquisse le patron de Media One, groupe genevois dont le chiffre d’affaires est passé de 5 millions de francs en 2003 – date du rachat de One FM et LFM par Antoine de Raemy – à 14 millions aujourd’hui.

Pas de licenciements prévus

Le regroupement des équipes des deux sociétés – 120 personnes au total, réparties entre Genève et Lausanne – ne donnera lieu à «aucun licenciement». Une vingtaine de journalistes travaillent pour les quatre radios, tandis que les deux régies publicitaires emploient une trentaine de personnes au total. C’est par la pub – le nerf de la guerre – que commencera la fusion. Dès le 1er juillet, la régie Media One Contact SA servira la totalité des stations – radios et TV – du nouvel ensemble.

Les quatre radios seront, elles, juridiquement regroupées d’ici à la fin de l’année. «Plus complexe – en raison des concessions attribuées par l’Etat – la répartition de leur capital sera soumise à l’Ofcom, notre autorité de tutelle», explique Antoine de Raemy. Celui qui est aujourd’hui administrateur du groupe genevois – son fils de 31 ans, Alexandre, en assure la direction – promet que «chacune des stations conservera son identité propre».

Un an de négociations

One FM et LFM – les deux radios de Media One – revendiquent une audience de 110 000 et 125 000 personnes, contre environ 120 000 auditeurs pour Rouge FM et 70 000 pour Yes FM.

Cette dernière fréquence est en perte de vitesse, et l’objectif est de «la rebooster» et «de renforcer son contenu genevois – pensez Radio Lac», ironise Antoine de Raemy. Un clin d’œil qui fait référence à la station genevoise qui avait été rachetée par Hugues de Montfalcon en 2006 – devenue par la suite Yes FM – trois ans après sa reprise de la radio vaudoise Framboise.

Ancien cadre de Manor, Antoine de Raemy précise que le rapprochement se fera uniquement par échange de parts, sans versement de «cash». Hugues de Montfalcon semble n’en avoir guère besoin. Cet exilé fiscal français – il a fait fortune en vendant sa société Jet Multimedia en haut de la bulle Internet, il y a quinze ans – serait à la tête d’un patrimoine de 200 à 300 millions de francs selon le magazine Bilan, estimation contestée par l’intéressé.

Ce Lyonnais d’origine a contacté son principal concurrent radiophonique il y a un an. «On n’aurait jamais pensé qu’il initierait un tel mouvement et c’est bien là sa force – avoir voulu préserver ses stations au lieu de s’en débarrasser en les vendant au plus offrant, par exemple à des groupes hexagonaux», reconnaît le fondateur de Media One. (TDG)

Créé: 28.04.2016, 21h11

Articles en relation

15 mars 1996:  La radio One FM s’installe sur les ondes

J'y étais Vingt ans déjà que One FM chatouille les tympans locaux. Retour sur une épopée du cru. Plus...

«Il n'y a eu que deux licenciements mercredi à Yes FM»

Médias Mercredi, des personnes s'inquiétaient de la disparition des animateurs de la chaîne. Enzo Lo Bue, son directeur, dément. Qui croire? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.