La vente de Globus s'annonce délicate

Commerce de détailDepuis l'annonce début juillet de la cession de Globus, seul le patron des grands magasins a officiellement déclaré son intérêt pour une reprise.

Les investisseurs ne semblent pas se bousculer au portillon pour reprendre Globus.

Les investisseurs ne semblent pas se bousculer au portillon pour reprendre Globus. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La vente de Globus, dévoilée à la surprise générale par Migros, s'annonce ardue. Si en Suisse seul le patron des grands magasins a officiellement déclaré son intérêt pour une reprise, des acteurs internationaux - notamment des fonds d'investissement - pourraient jeter leur dévolu sur l'enseigne qui veut résolument se positionner dans le haut de gamme.

Depuis l'annonce début juillet de la cession de Globus, aux côtés d'autres enseignes spécialisées (Gries Deco, Interio, m-way), quasiment aucun repreneur ne s'est manifesté publiquement pour racheter l'enseigne de grands magasins, acquise en 1997 par la Coopérative.

Seule exception, Thomas Herbert s'est très rapidement positionné pour reprendre l'enseigne qu'il dirige depuis 2015 et dont il détient un peu moins de 3%. Interrogée par AWP, une porte-parole a indiqué que M. Herbert était toujours intéressé par les activités et l'immobilier de Globus, qu'il pourrait acquérir dans le cadre d'un rachat par la direction de l'entreprise («Management buy-out» ou MBO).

«Je connais le potentiel de Globus [...] et je serais très intéressé par une reprise» de l'enseigne, a récemment déclaré M. Herbert dans un entretien à Telezüri. Le patron de Globus envisage de racheter la marque avec ou sans les murs. «Il existe une solution pour chaque option», a-t-il indiqué à la chaîne de télévision zurichoise, assurant que les grands magasins n'étaient pas dans les chiffres rouges.

Discrétion de mise

Interrogé sur la forme que pourrait prendre la future cession, une porte-parole de Migros a précisé que le groupe «avait une claire préférence pour un acquéreur qui investit dans la société et poursuit son développement». La forme que prendra la cession doit être définie «dans les prochaines semaines», a-t-elle souligné.

Dans l'immédiat, les investisseurs ne semblent pas se bousculer au portillon. L'entrepreneur suisse Philippe Gaydoul, ex-patron du discounter Denner (également dans le giron de Migros), a récemment déclaré au journal Handelszeitung ne pas être tenté par un rachat de l'enseigne.

Autre investisseur potentiel: le groupe Maus Frères, qui détient notamment les grands magasins Manor et les enseignes de bricolage Jumbo. Contactée par AWP, une porte-parole de la discrète société genevoise a indiqué «ne pas s'exprimer» à ce sujet. Une source proche du dossier a cependant souligné que Maus Frères n'avait «pas d'intérêt» pour l'enseigne mise en vente par Migros.

Des pistes existent pourtant et elles mènent à l'étranger. En Autriche notamment, où le nom de la société immobilière Signa Holding, qui détient les enseignes allemandes Karstadt et Kaufhof, circule dans les médias.

De grands fonds d'investissement pourraient également entrer dans le jeux, notamment l'américain KKR - qui a investi dans le suisse Selecta - ou le français Unibail Rodamco Westfield, qui se décrit comme étant le 1er opérateur mondial de centres commerciaux en France, Autriche, Allemagne et Italie. Le britannique Hammerson, qui détient une participation dans le Fashion Outlet de Landquart, pourrait également constituer une piste.

Ni Hammerson ni Unibail ont répondu aux sollicitations d'AWP, mais une source bancaire proche du dossier a estimé que de grands investisseurs pourraient très bien s'intéresser à Globus. «Des fonds d'investissement internationaux pourraient être des acquéreurs potentiels. Un propriétaire étranger ne serait pas une mauvaise solution, car les concepts de grands magasins sont de plus en plus globalisés», a estimé cette source sous couvert d'anonymat.

Lourds investissements

Elle a cependant insisté qu'une vente morcelée ne ferait pas de sens: «les distributeurs les plus performants sont présents sur internet et au travers de magasins.» Vendre l'immobilier à part ferait par ailleurs chuter la valeur de l'enseigne.

Globus dispose en effet, depuis le regroupement avec Globus Hommes et Schild, de 56 magasins pour une surface de vente totale de près de 120'000 m2, dont un emplacement de choix sur la prestigieuse Bahnhofstrasse de Zurich.

Avec ses quelque 2600 employés, Globus a dégagé l'année dernière des recettes de 808 millions de francs, en baisse de 5,7%. Selon le cabinet d'études Euromonitor International, les grands magasins Globus arrivent en troisième position avec une part de marché en Suisse de 14,6% en 2018, derrière Coop City (18,8%) et Manor (61,5%). Mais face à la concurrence des grands centres commerciaux et du commerce en ligne, les grands magasins tirent la langue. Alors que les ventes cumulaient à 4,1 milliards de francs en 2018, les recettes devraient reculer à 3,6 milliards d'ici 2023, selon Euromonitor International.

Pour Maxim Hofer, analyste auprès du cabinet britannique, «les grands magasins doivent fournir de considérables efforts de modernisation en matière d'expérience numérique, de design intérieur et de présentation des produits [...], mais cela représente des investissements significatifs que Migros ne voulait apparemment pas effectuer.» (ats/nxp)

Créé: 02.08.2019, 14h49

Articles en relation

Globus rappelle une pâte à tartiner à la pistache

Consommation La pâte à tartiner à la pistache «Crema di pistacchi» contient une forte teneur en noix de cajou non déclarée, présentant un risque pour les personnes allergiques. Plus...

Le sort de près de 4000 employés reste incertain

Migros Qui seront les acquéreurs de Globus ou d'Interio? Pour Interio, des noms comme Ikea circulent. Mais, pour Globus, c'est le flou. Plus...

En vendant Globus, Migros accélère sa mue

Commerce de détail Confronté à une baisse constante de sa rentabilité, le géant orange commence la vente par étage de ses filiales les plus éloignées de son ADN. Plus...

Migros met Globus et Interio en vente

Suisse Le géant orange lance jeudi un appel à repreneurs pour ses filiales Globus, Interio, m-way et Depot, dans le cadre d'une «réorientation stratégique». Plus...

Migros a souffert en 2018 à cause de Globus

Commerce de détail Le bénéfice net du géant orange a diminué de 5,5% sur un an. Mais sa rentabilité s'est accrue de 7,8%, malgré une performance en demi-teinte de Globus. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...