Unilabs accélère son expansion en Suisse romande

Laboratoires médicauxLe rachat de Meditest par Unilabs marque le début d’une concentration dans l’analyse médicale en Suisse.

Unilabs compte déjà 15 laboratoires et 25 centres de collecte de sang en Suisse.

Unilabs compte déjà 15 laboratoires et 25 centres de collecte de sang en Suisse. Image: Salvatore Di Nolfi/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis la baisse des tarifs d’analyses médicales, décidée il y a une dizaine d’années par l’ex-conseiller fédéral Pascal Couchepin, les laboratoires ont repris l’essentiel de ces activités pratiquées autrefois par les médecins eux-mêmes, du moins pour les plus répandues d’entre elles telles que les analyses sanguines ou les radiographies. Nombre d’entreprises ont émergé, parfois de simples cabinets, «mais aussi de gros acteurs de la branche, véritables chaînes de laboratoires, qui risquent de plus en plus de racheter les plus petits, observe un connaisseur du secteur. C’est inéluctable.» C’est ce qui vient de se produire jeudi dernier avec le rachat par Unilabs de l’entreprise Meditest, révélé samedi par «La Liberté».

Licenciements possibles

Fondée il y a quarante ans par Chin Beng Eap et toujours en mains familiales, Meditest est un acteur majeur dans le domaine du diagnostic en Suisse romande, expert dans le diagnostic général et spécialisé. Basée à Vevey, elle compte plusieurs enseignes en Suisse romande, à Neuchâtel, Yverdon, Lausanne et Montreux. Elle compte une centaine de collaborateurs, qui ont appris la nouvelle «avec une surprise totale», selon le quotidien fribourgeois, et «la possibilité d’un plan social» a été évoquée lors de l’annonce. Unilabs ne parle pas, pour l’heure, de licenciements. Mais, souligne la porte-parole Sharon Valdettaro, «comme pour toute acquisition, certains domaines amèneront des synergies et d’autres seront dédoublés. Avec ce rachat, nous sommes en train de revoir la structure future des opérations.»

Unilabs Suisse compte aujourd’hui 15 laboratoires et 25 centres de collecte de sang, et emploie 800 personnes. «Cette acquisition marque une étape stratégique pour Unilabs sur le marché suisse romand, précise Sharon Valdettaro. Dans ce contexte, Meditest compte de nombreux atouts. En élargissant la couverture régionale d’Unilabs, elle nous permet d’être plus proches de nos clients.»

La multinationale, créée en 1987 à Genève, est l’un des plus grands fournisseurs de diagnostic en Europe, qui offre des spécialités de laboratoire, d’imagerie et de pathologie au sein d’un même groupe. Elle compte 230 laboratoires d’analyse et 92 centres d’imagerie, principalement en Europe, mais aussi en Amérique du Sud et à Dubaï, avec 11 000 collaborateurs. Le groupe a poursuivi son expansion à l’international en 2017, sur les marchés tchèque et slovaque avec le rachat d’Alpha Medical, au Portugal avec la reprise de CGC Genetics et Base Holding et au Pérou avec l’acquisition de Blufstein. En août dernier, le CEO Jos Lamers confirmait dans l’«Agefi» la volonté de poursuivre son implantation sur ses principaux marchés que sont la France et la Suisse. De 900 millions d’euros actuellement (1,037 milliard de francs), Unilabs espère atteindre un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros (2,3 milliards de francs) d’ici à 2020.

Automatisation

«Il y a un risque que les grands groupes mangent tout, analyse un observateur. Ils passent des accords avec des réseaux de soins, des hôpitaux, car ils sont en position de force, notamment sur les prix.» L’analyse sanguine s’est aujourd’hui passablement automatisée, et les examens sont plus poussés et plus larges qu’autrefois. «De gigantesques chaînes robotisées analysent un échantillon sanguin, par exemple, et trient le nombre de globules rouges, les différents types de globules blancs, etc., poursuit-il. Sans compter qu’il y a aujourd’hui davantage de marqueurs de maladies, comme le Prostate Specific Antigen, ou le marqueur d’inflammation, ou de maladies du foie et des intestins, entre autres.» Le spectre des renseignements tirés d’une analyse s’est élargi grâce à ces nouvelles techniques. «Mais elles sont très coûteuses, et seules de grandes sociétés peuvent les acquérir et les rentabiliser grâce à leur nombre élevé de clients.» Du côté d’Unilabs, on nuance le propos: «L’automatisation joue un rôle, mais ce n’est pas le seul dans notre organisation. Le facteur humain reste un élément clé de notre activité», explique Sharon Valdettaro

Créé: 28.05.2018, 18h49

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...