Passer au contenu principal

UBS paie un demi-milliard pour ses manipulations

Aux Etats-Unis, la banque tourne la page du scandale des devises. Elle admet sa culpabilité dans celui des taux d’intérêt.

Reuters

Un demi-milliard de francs pour effacer le passé. La première banque suisse a annoncé hier avoir tourné la page, aux Etats-Unis, de deux des scandales financiers les plus retentissants des dernières années. Ceux de l’implication de ses cambistes dans la manipulation du marché sur lequel est déterminé le change entre le dollar et l’euro; ainsi que sur celui où est fixé le Libor, mètre étalon de tous les taux d’intérêt. Deux affaires qui ont déjà coûté près de 2,5 milliards de francs de pénalité à la banque. Le premier dossier est évacué moyennant le paiement de 342 millions de dollars, la banque obtenant en échange l’immunité judiciaire. Une clémence expliquée par le fait qu’UBS avait été la première à dénoncer l’affaire. Les quatre autres institutions impliquées – Citicorp, JP Morgan, Barclays et RBS – sont, elles, contraintes d’admettre qu’elles ont commis un délit, après avoir dû s’acquitter de plus de 5,5 milliards de dollars de pénalités.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.