«Uber: la prédation en bande organisée»

LittératureC'est le titre du livre que Me Jacques Roulet a distribué aux membres de la Commission des transports du Grand Conseil qui se penche sur le projet de loi sur les taxis.

Image de couverture du livre.

Image de couverture du livre. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il pourrait aussi s'appeler «Uber ou le retour du passé combattu» ou «Déprédations sociales vs génération Internet». Le pamphlet, signé du Français Laurent Lasne, est consacré à la multinationale américaine mais surtout aux taxis et à leur longue histoire en France. Une aventure faite de bataille, entre libéralisme, règles, compétition et, au bout du tunnel, acquis sociaux. Des reconnaissances à nouveau remises en cause, attaquées par Uber et véhiculée par une génération «biberonnée par Facebook». Celle qui salue sans réfléchir tout ce qui émane de la Silicon Valley.

L’auteur rappelle que l’avènement de l’ère de la voiture individuelle après guerre avait déjà engendré des pertes pour les taxis, qui étaient devenus bien trop nombreux. Le trafic a commencé à encombrer les routes. Pour survivre, une solution: conduire davantage, notamment la nuit. Le besoin de règles et de protections s’est rapidement fait ressentir, mais les limites d’heures au volant, numerus clausus et autres services publics ont mis du temps à s’ériger.

Le modèle économique proposé - ou imposé - par Uber repose sur un statut précaire, celui d’«autoentrepreneur», écrit l’auteur. Des pigistes du volant qui ne reçoivent pas de rémunération fixe et reversent 20% du prix de chaque course à Uber. Les frais d’essence? La maintenance de leur véhicule? A leur charge. Non, clame Laurent Lasne, la modernité ne doit pas être incarnée par des VTC sous-traitants d’un géant champion de l’optimisation fiscale. Non les taxis ne sont pas ringards et leurs bagnoles ne sont pas pourries, malgré ce que répètent en boucle les réseaux sociaux. La diatribe bourrée de références, de Balzac à Léo Ferré en passant par Alfred Jarry, incite à la réflexion face à la puissance d’Internet. (TDG)

Créé: 09.03.2016, 14h19

Articles en relation

Taxiphone répond à Uber

Genève Les représentants des taxis préparent une demande civile en dommages et intérêts contre l’Etat. Plus...

Steve Salom livre ses vérités sur Uber et les taxis

Concurrence Le patron d’Uber en Suisse romande ne ménage pas ses critiques à l’égard des taxis. Entretien Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...