Passer au contenu principal

Uber, Airbnb, 9flats: l’économie partagée montre son vrai visage

La «sharing economy» ne se soucie pas vraiment d’une meilleure utilisation des ressources.

Selon son directeur pour la Suisse, Uber permettrait de mieux rentabiliser l’utilisation d’une voiture dans notre pays.
Selon son directeur pour la Suisse, Uber permettrait de mieux rentabiliser l’utilisation d’une voiture dans notre pays.
Florian Cella

Rasoul Jalali, directeur d’Uber pour la Suisse, s’est finalement lâché à la fin d’une table ronde organisée ce mardi par le réviseur Deloitte dans des locaux des CFF, employés par l’ancienne régie fédérale pour développer ses nouvelles stratégies.

«Uber ne s’est jamais vue comme un pionnier de la «sharing economy», notre but a toujours été de mieux faire correspondre l’offre et la demande», a dit le chef helvétique de l’entreprise américaine de taxis, axée sur une application de téléphone portable. Rasoul Jalali avait pourtant commencé sa présentation en montrant qu’une voiture n’est utilisée en Suisse en moyenne qu’une heure par jour. Uber permettrait ainsi de mieux rentabiliser ce moyen de transport.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.