La tromperie du sachet en plastique oxo-dégradable

EnvironnementVendus comme une solution plus écologique, les sacs «oxo» sont contestés. À l’inverse de l’UE, la Suisse ne veut pas encore les interdire.

Le fléau des sachets en plastique.

Le fléau des sachets en plastique. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis plusieurs années, le sachet en plastique est devenu le symbole par excellence du fléau de la pollution générée par la matière synthétique. Banni dans de plus en plus de pays, il ne l’est malheureusement pas en Suisse. Les statistiques les plus récentes montrent toutefois une amélioration de la situation dans notre pays. Entre 2016 et 2018, le nombre de sacs consommés est passé de 417 millions à 56 millions d’unités. Bémol important: alors que la chute était vraiment marquante durant la période 2016-2017, la baisse n’était plus que de 14% l’année dernière, ce qui laisse craindre que l’abandon total demandera encore des années sans intervention politique.

Le plus inquiétant actuellement est que pour pallier l’impopularité croissante du sac en plastique classique, les enseignes se sont tournées vers des alternatives prenant, entre autres, la forme de sachets biodégradables. Ou du moins prétendant l’être. C’est notamment le cas des sacs en plastique oxo-fragmentale.

Derrière ce qualificatif barbare, il faut comprendre que si ce sac est issu du pétrole, sa dégradation sous l’effet de la chaleur et de la lumière est accélérée grâce à l’ajout d’un oxydant. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces sacs «oxo» n’ont toutefois pas les vertus environnementales espérées. Ils ne sont par exemple pas du tout biodégradables. «Ces sacs n’ont rien, mais alors rien du tout d’écologique», confirmait sur les ondes de la RTS la conseillère nationale Vert’libérale Isabelle Chevalley.

Dans un dossier spécial, la Fédération romande des consommateurs (FRC) dénonce le fait qu’il est très difficile d’identifier un sachet «oxo», ce qui augmente le risque de le voir finir au compost. Comme la conseillère nationale, la FRC appelle à son interdiction en Suisse. En réponse, le Conseil fédéral explique ne pas vouloir se prononcer sans avoir reçu les résultats d’une étude en cours à l’EPFZ. Un vaste rapport de chercheurs européens est pourtant sans appel et devrait pousser rapidement nos voisins à restreindre l’utilisation des oxo-plastiques dans l’UE.

Créé: 05.06.2019, 18h26

Articles en relation

Le monde cherche des solutions contre le fléau du plastique

Alerte plastique Le Matin Dimanche Les initiatives se multiplient, aux quatre coins de la planète, afin de limiter la pollution issue de ce matériau polymère. Plus...

Condamnés à vivre dans les déchets plastiques

Alerte plastique Le Matin Dimanche Altérant l'habitat et souvent confondu avec de la nourriture plastique a un impact dévastateur sur la faune. Plus...

Plastique, l’asphyxie planétaire

Alerte plastique Le Matin Dimanche Le plastique s’infiltre partout et contamine une grande partie de la chaîne alimentaire humaine. Plus...

La Ville va interdire le plastique à usage unique

Environnement Tous les utilisateurs du domaine public municipal devront se passer de pailles, gobelets et autres contenants jetables. Plus...

Un monstre de plastique a été érigé devant le siège de Nestlé

Manifestation Greenpeace ne lâche plus la multinationale. Des activistes sont parvenus à faire pénétrer à Vevey un dragon fait de déchets. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.