Passer au contenu principal

«Les travailleurs doivent avoir les mêmes droits, d’où qu’ils viennent»

Pour la présidente du syndicat Unia, Vania Alleva, la libre circulation ne représente pas en soi un problème.

«Les entreprises réussissent toujours à obtenir la main-d’œuvre qu’il leur faut. C’était aussi le cas avant 2002 avec le «statut de saisonnier», estime la présidente d’Unia, Vania Alleva.
«Les entreprises réussissent toujours à obtenir la main-d’œuvre qu’il leur faut. C’était aussi le cas avant 2002 avec le «statut de saisonnier», estime la présidente d’Unia, Vania Alleva.
Manu Friederich

Le ton se durcit entre les organisations patronales comme l’Union patronale suisse et Swissmem, et les syndicats comme Unia, dans le cadre de l’application de l’«Initiative contre l’immigration de masse» acceptée le 9 février 2014, qui retient en ce moment toute l’attention (lire ci-dessous). On se taxe de part et d’autre de manque de souplesse et de se comporter de manière trop idéologique, comme un parti. Alors qu’avec les solutions peu précises qui s’esquissent, tout semble indiquer qu’appliquer cette initiative sur le terrain va demander un grand sens du consensus de la part des partenaires sociaux. Interview de Vania Alleva, présidente du syndicat Unia.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.