Passer au contenu principal

Tensions sur le marché de la relocation à Genève

Les sociétés qui facilitent l’intégration des expatriés abondent, mais la demande se tasse. Et change.

La recherche d’appartements constitue la pointe de l’iceberg de la relocalisation. Elle s’occupe aussi des écoles, des crèches, et notamment de toute de qui relève de l'intégration.
La recherche d’appartements constitue la pointe de l’iceberg de la relocalisation. Elle s’occupe aussi des écoles, des crèches, et notamment de toute de qui relève de l'intégration.
LAURENT GUIRAUD

Federici est satisfait. Ce résident genevois de longue date – dont le vrai nom est connu de la rédaction – a trouvé un appartement grâce à une agence de relocation. En deux semaines, elle le comble avec un quatre-pièces aux Pâquis en l’échange d’un loyer mensuel.

Pour trouver un logement, les Genevois recourent de plus en plus à ces intermédiaires. «Je reçois cinq coups de fils de particuliers, locaux ou non, par semaine, c’est nouveau», indique Sabine Baerlocher, propriétaire d’Active Relocation, une société du secteur à Genève. Parmi ses confrères, même discours: les particuliers frappent désormais à leur porte.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.