Les taux négatifs de la BNS renchérissent l'immobilier

Crise du franc fortMauvaise nouvelle pour ceux qui espéraient une baisse des taux hypothécaires après la décision de la BNS: c'est exactement l'inverse qui se passe.

Les taux négatifs ont été annoncés par la BNS le 18 décembre 2014 et sont entrés en vigueur le 22 janvier 2015


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'immobilier pourrait bien être une autre victime collatérale de la Banque nationale suisse (BNS) avec l'introduction des taux négatifs. En effet, la baisse des taux hypothécaires sur dix ans observée après l'annonce des taux négatifs n'a pas duré, a observé le Tages-Anzeiger dans son édition du 29 janvier.

Tous ceux qui avaient anticipé un nouveau recul en ont été pour leur frais. «Les banques étaient tellement habituées à suivre automatiquement les décisions de politique monétaire de la BNS qu'elles ne se sont pas aperçues tout de suite qu'elles ne gagnaient presque plus rien avec leurs nouveaux taux hypothécaires», a expliqué Adrian Wenger, expert immobilier chez VZ-Vermögenszentrum.

Plus guère de baisse à attendre

Et l'avenir apparaît encore bien nébuleux pour les spécialistes du marché, d'autant que la BNS ne donne guère d'indices sur sa future orientation. Mais une nouvelle baisse des taux hypothécaires apparaît toujours plus hypothétique.

«Les banques ne peuvent plus du tout se le permettre», avance Adrian Wenger, d'autant plus qu'avec les taux négatifs, elles doivent payer la BNS pour tous les fonds qu'elles placent à la banque centrale. Elles doivent donc absolument gagner de l'argent.

Le tassement du marché se poursuit

En outre, les établissements sont fortement encouragés par la BNS à restreindre l'octroi de crédits, ce à quoi ils s'emploient depuis l'automne. Il s'agit d'empêcher la création d'une bulle immobilière en raison de la faiblesse des taux hypothécaires.

S'il existe toujours un risque de surchauffe, il ne concerne plus que les périphéries, comme l'explique Comparis et l'EPFL dans une étude publiée jeudi. Le tassement du marché immobilier, qui s'est amorcé voici quelques mois, se poursuit, précise le professeur Didier Sornette, responsable de l'étude.

«Jamais aussi incertain qu'aujourd'hui»

Quant à la fin du taux plancher, ses conséquences pour le marché sont encore difficilement prévisibles, reconnaît Felix Schneuwly, porte-parole de Comparis. Parmi les scénarios retenus figure une hausse des prix dans un contexte de demande accrue de francs suisses en tant que devise forte de la part des investisseurs étrangers.

Mais dans un autre scénario, la demande immobilière pourrait reculer, en lien avec un franc fort pesant sur les exportations et freinant par conséquent la croissance économique tout en pesant sur le pouvoir d'achat. «L'avenir du marché en Suisse n'a jamais été aussi incertain qu'aujourd'hui», souligne Felix Schneuwly. (nxp)

Créé: 29.01.2015, 11h44

Articles en relation

Le taux négatif de la BNS va-t-il relancer le marché?

Immobilier La décision de la Banque nationale suisse d'introduire un taux négatif pour alléger la pression sur le franc rend également les hypothèques meilleur marché et pourrait torpiller les mesures antisurchauffe. Plus...

Les prix dans l'immobilier baissent à Genève et à Zurich

Etude La pression sur les prix est particulièrement visible dans certaines régions. Les appartements et encore plus les maisons sont concernés. Le phénomène est observé dans un nombre croissant de communes. Plus...

La BNS garde le cap et reste vigilante sur l'immobilier

Politique monétaire Face à une tendance à la baisse des prix toujours marquée, la Banque nationale suisse (BNS) garde le cap de sa politique monétaire en maintenant le taux plancher à 1,20 franc pour un euro. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le franc faiblit: la France voisine souffre
Plus...