Tamedia: baisse de 22% du bénéfice net

MédiasLe groupe de presse zurichois a enregistré des résultats en baisse au premier semestre 2016.

Image: ARCHIVES - PHOTO D'ILLUSTRATION/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le bénéfice net de Tamedia a baissé de 22% à 55,8 millions de francs. Ce recul est notamment dû à la baisse du résultat financier par rapport à l'exercice précédent, où il avait contribué au résultat global à hauteur de 17 millions de francs, grâce à la vente d'une participation, explique jeudi Tamedia dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires s'est lui replié de 5,1%, à 503,6 millions de francs, en raison de la baisse des recettes publicitaires du secteur Print. En conséquence, le résultat d'exploitation avant intérêts, impôts et amortissements (EBITDA) a enregistré un recul de 6,9% à 99,7 millions et le bénéfice avant impôts et intérêts (EBIT) s'est affaibli de 15,4% à 61,3 millions.

«EBITDA: le numérique pour moitié»

Pour la première fois, Tamedia a réalisé la moitié (49,4%) de son EBITDA avec son offre numérique, répartie entre le secteur non journalistique Digital et les éditions en ligne du groupe, désormais toutes payantes. Pour l'EBIT, cette part atteint même 52,6%. Sa participation aux ventes du groupe est de 30,9%.

Par secteur, seul le Digital présente d'ailleurs une hausse de son chiffre d'affaires. Cette dernière affiche 8,5%, à 117 millions de francs.

«Le Print toujours en manque de pub»

Les ventes du secteur Publications régionales, dont font partie le «Tages-Anzeiger», le «Bund», la «Berner Zeitung» ainsi que les titres romands «24 Heures», «Tribune de Genève» et «Le Matin», ont, elles, poursuivi leur baisse. Le recul atteint 11,2%, à 233,5 millions de francs. Les chiffres d'affaires numériques restent faibles, même s'ils augmentent. Ils ne compensent pas la diminution accélérée des recettes publicitaires du «Print».

Le chiffre d'affaires Publications nationales (journaux dominicaux, «20 minutes» et magazines) reste lui aussi plombé par la baisse des recettes publicitaires des éditions sur papier. Il affiche un recul de 5,3%, à 176,7 millions de francs. Seul le groupe «20 Minuten» tire son épingle du jeu grâce aux recettes des éditions numériques.

Tamedia étudie de nouvelles mesures de rationalisation pour pallier la diminution des recettes publicitaires de ses titres imprimés. Suite à une réorganisation en cours, une seule équipe s'occupera de toutes les ventes d'espaces publicitaires du groupe dès le 1er novembre prochain, en principe.

Investissement dans les start-up

L'entreprise a aussi annoncé jeudi sa collaboration avec Matter VC, groupe d'investissements et de conseils aux start-up de la branche des médias. Elle y voit une opportunité de se projeter dans le «journalisme de demain». Le «New York Times» figure également parmi les partenaires de ce groupe.

Tamedia nomme par ailleurs Samuel Hügli comme responsable du nouveau secteur des marques du Digital et des sociétés IT du groupe. L'ancien chef de finances chez Ringier travaillait ces dernières années en tant que conseiller d'entreprise indépendant. Parmi les marques IT de Tamedia, Doodle s'est illustrée en juin en rachetant l'organisateur israélien de rendez-vous Meekan. (ats/nxp)

Créé: 25.08.2016, 07h19

Analyse de qualité

Un monitoring va évaluer, l'an prochain, la qualité des journaux et sites d'actualité de Tamedia.

Le monitoring prévoit des audits réguliers à des dates choisies au hasard. Il sera basé sur les principes généraux du journalisme et sur les facteurs spécifiques de qualité définis en fonction de chaque média, écrit Tamedia jeudi.

«Chaque rédaction ayant ses propres exigences de qualité, il s'agit donc de l'évaluer en fonction de celles-ci», explique Res Strehle, responsable du projet et actuel président du Centre de formation des médias alémaniques (MAZ) , cité dans le communiqué. M. Strehle fera partie de l'organe tripartite qui conduira les audits avec le rédacteur en chef du titre analysé et une expert externe.

Une enquête sera aussi menée auprès des parties prenantes concernées par les audits. Le monitoring tiendra en outre compte des analyses du lectorat et de leur consommation.

Articles en relation

Pietro Supino va succéder à Hanspeter Lebrument

Medias La fédération des éditeurs alémaniques sera dirigée par président du conseil d'administration de Tamedia. Plus...

Tamedia vend Swiss Online Shopping à des Allemands

Commerce en ligne Le groupe de médias zurichois cède sa filiale active dans la mode en ligne au bavarois Schustermann & Borenstein. Plus...

Le numérique, activité la plus rentable de Tamedia

Médias Près d’un tiers du bénéfice brut du groupe suisse provient des activités digitales. Plus...

Tamedia a bénéficié de la fusion des annuaires

Media Le bénéfice net a plus que doublé en 2015 tandis que le chiffre d'affaires a reculé avec le ralentissement économique et l'évolution structurelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...