Passer au contenu principal

SuisseSwisscom, sous pression, veut réduire ses effectifs

Le groupe a vu son chiffre d'affaires reculer de 2,2% à 11,45 milliards de francs en 2019. Il prévoit de réduire ses effectifs en Suisse.

Le géant bleu est à la peine sur le marché helvétique.
Le géant bleu est à la peine sur le marché helvétique.
Keystone

Confronté à la pression de la concurrence et aux besoins récurrents en investissements, qui ont pesé sur ses résultats en 2019, Swisscom risque de poursuivre les coupes dans ses effectifs. Pour en atténuer les effets, l'opérateur a lancé un programme de préretraite avec ses partenaires sociaux.

«Swisscom a atteint les objectifs qu'elle s'était fixés et enregistre à nouveau des résultats solides dans un environnement de marché exigeant», a affirmé le directeur général Urs Schaeppi, cité jeudi dans un communiqué.

Le géant bleu a certes rempli ses objectifs financiers en matière de chiffre d'affaires, ressorti à 11,45 milliards de francs en 2019, mais ce dernier s'est contracté de 2,2% «dans un contexte de saturation des activités de base en Suisse».

Sous pression

Dans les activités de base en Suisse justement, les recettes se sont repliées de 2,8% à 8,56 milliards de francs alors qu'elles ont progressé de 5,4% à 2,22 milliards d'euros (2,4 milliards de francs) en Italie avec la filiale Fastweb.

Les divers domaines d'activité de l'opérateur sont sous pression. Swisscom a vu ses raccordements au réseau fixe baisser de 10,9% et de 0,6% au réseau mobile. Les branchements de particuliers au haut débit ont stagné, tandis qu'ils ont légèrement progressé de 2,4% pour le service de télévision Swisscom TV.

«Les marchés du haut débit et de la TV sont saturés et fortement conditionnés par les promotions», a admis le groupe dans son rapport annuel.

Fastweb performe

La situation est meilleure de l'autre côté des Alpes, où Fastweb a enregistré une hausse de 3,5% des raccordements au haut débit et un bond de 26,1% au réseau mobile, malgré une «pression concurrentielle et tarifaire (...) énorme».

En matière de rentabilité, le résultat d'exploitation (Ebit) a fortement reculé de 7,7% à 1,91 milliard de francs. Le bénéfice net a par contre progressé de 9,7% à 1,67 milliard, porté par des éléments fiscaux non récurrents.

Le chiffre d'affaires enregistré par le groupe est conforme aux projections des analystes interrogés par AWP. L'Ebit est par contre ressorti en dessous des 2 milliards de francs attendus par le marché, alors que le bénéfice net a légèrement dépassé les prévisions des analystes.

Tailler dans les coûts

Pour faire face à la pression sur le marché, Swisscom a taillé dans ses coûts. L'année dernière, l'opérateur historique a dépassé son objectif annuel de 100 millions de francs d'économies. Dans ce contexte, les effectifs du groupe ont été réduits de 3% à 16'628 emplois à temps plein en Suisse et de de 2,7% à 19'317 à l'échelle du groupe.

En parallèle, le groupe a poursuivi ses investissements, notamment dans la fibre optique et la nouvelle norme de téléphonie mobile 5G. L'année dernière, il a dépensé 2,4 milliards de francs.

Swisscom, qui veut verser un dividende stable de 22 francs par titre à ses actionnaires, table en 2020 sur une poursuite du recul des ventes à environ 11,1 milliards de francs. Le groupe veut aussi poursuivre ses investissements avec 2,3 milliards et doubler d'ici fin 2025 la couverture en fibre optique jusqu'aux logements et commerces.

Nouvelles économies

En matière de 5G, Swisscom avertit que «de nouveaux emplacements d'antennes ou la transformation d'installations existantes sont indispensables», alors que la fronde s'élève dans plusieurs communes et cantons contre cette technologie.

La pression concurrentielle va amener Swisscom à poursuivre son programme d'économie de 100 millions de francs par an d'ici 2022. Les actionnaires devraient par contre bénéficier d'un dividende inchangé à 22 francs par action au titre de 2020.

En prévision des réductions de coûts prévues ces prochaines années, Swisscom anticipe «une légère baisse des offres d'emploi en Suisse en 2020». Le directeur général Urs Schaeppi a refusé de préciser à AWP le nombre de postes qui vont passer à la trappe cette année. Le patron a seulement indiqué que les effectifs allaient légèrement reculer en Suisse en 2020.

Modèle de retaite partielle

En partenariat avec les syndicats syndicom et transfair, l'opérateur va introduire un modèle de retraite partielle pour 2020, permettant aux salariés de plus de 58 ans de réduire progressivement et à leur propre demande leur degré d'occupation sur deux ans.

Ces annonces étaient accueillies favorablement par les investisseurs, qui gratifiaient le titre d'une solide hausse de 2,0% à 544 francs. L'indice vedette SMI prenait quant à lui 0,32% à 13h25.

Les spécialistes de Vontobel ont relevé «une solide performance» portée par la filiale italienne. «La performance de Fastweb a dépassé les attentes», ont-ils souligné, ajoutant que les résultats en Suisse étaient moins mauvais que redoutés.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.