La Suisse touchée par une vague de licenciements

ConjonctureLes annonces de suppressions de postes se montent à 1800 emplois depuis cet été.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’économie suisse semble brusquement rattrapée par la crise européenne, alors qu’elle y avait jusque-là échappé avec succès, affichant des taux de croissance faisant pâlir de jalousie le Vieux-Continent. Avec la nouvelle suppression d’emplois annoncée ce mercredi par TEL Solar, le total des postes appelés depuis cet été à disparaître en Suisse se porte à 1800. Que se passe-t-il tout à coup? En fait, la Suisse est touchée avec six ans de retard par le marasme dans lequel se trouve toujours l’Europe, qui n’arrive pas à sortir de la crise. L’Allemagne, le partenaire économique le plus important de la Suisse, faisait jusqu’à présent exception à la règle. Mais elle cale à son tour et connaît un fléchissement de son activité.

Industrie à la peine

Cela se ressent au niveau de la production industrielle suisse. Son chiffre d’affaires a perdu 1% au troisième trimestre par rapport à la même période de l’an passé. La baisse de régime est encore plus prononcée au sein de l’industrie MEM (des machines, des équipements électriques et des métaux), davantage exposée à la demande en Europe: la baisse des ventes atteint 4,2%. Pourtant, au troisième trimestre toujours, la croissance de l’économie suisse a gagné 0,6% par rapport au trimestre précédent, selon les résultats délivrés hier par le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO). Mais cette hausse est principalement due aux dépenses de l’Etat, et des ménages, dans la santé et les transports. Les autres domaines de la consommation privée ont stagné. Dans les exportations, ce sont celles de produits chimiques et pharmaceutiques qui ont enregistré la contribution la plus positive à la création de richesses de la Suisse.

Certains ont confiance

Les entreprises de pointe ne perdent pas espoir. Elles se battent pour maintenir, voire élargir, leur position dans leur domaine. C’est le cas de Bobst, leader mondial des machines produisant des emballages. Après avoir connu une passe difficile de 2009 à 2012, le groupe vaudois basé à Mex a maintenant revu à la hausse ses objectifs de ventes à long terme. Elles devraient s’établir entre 1,4 et 1,5 milliard de francs. Cette confiance est due à un repositionnement réussi dans les entrées de gamme et à une percée concrète dans l’impression numérique, «un domaine qui va révolutionner l’industrie de l’emballage», a déclaré hier Jean-Pascal Bobst, le patron du groupe .

Créé: 03.12.2014, 21h06

Sondage

Une vague de licenciements touche la Suisse. Craignez-vous pour votre emploi?





Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...