La Suisse s’offre une vente aux enchères historique

Grands crusLa clientèle de Baghera Wines s’est acheté du vin pour 6,2 millions de francs hier à Genève.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’attente était fiévreuse depuis une semaine chez les experts du monde entier. Une vente aux enchères de vin historique était prévue à Genève. Hier, jusqu’aux derniers coups de marteau, la marmite aux spéculations bouillonnait. L’entreprise genevoise Baghera Wines a finalement réussi la plus grosse vente aux enchères de vins en Suisse, depuis neuf ans.

Le record helvétique de 2007, d’environ 7,5 millions de francs, n’a donc pas été battu. Encore moins le record d’Europe, proche de 11 millions de francs, et réalisé à Londres en 1997. De tels montants n’ont certes pas été atteints, mais l’événement a confirmé une tendance amorcée il y a cinq ans: la Cité de Calvin est devenue le centre des enchères sur les crus les plus prestigieux en Europe continentale, ravissant ainsi une place de leader autrefois détenue par Paris.

Total des offres annoncées hier par les acheteurs: 6,2 millions de francs. Baghera Wines, l’entreprise genevoise organisatrice de l’opération, encaissera elle-même une commission équivalant à 20% de ce montant, celui-ci étant réparti ensuite entre les ex-propriétaires de tous les lots vendus. L’acheteur étant lui-même astreint au paiement de la TVA (taxe à la valeur ajoutée) suisse de 8%.

Millésime 1848

Avant d’en arriver là, la vente intitulée «Master Cellar» s’est jouée en deux tableaux proprement prestigieux. La matinée était vouée aux bourgognes et plus particulièrement au Domaine de la Romanée-Conti. Un peu plus de 1400 bouteilles provenant de ce site, réparties en 266 lots, étaient proposées. Ce magot d’«or rouge» se déclinait en sept grands crus, produits entre 1952 et 2011: Romanée-Conti, La Tâche, Richebourg, Romanée Saint Vivant, Grands Echezeaux, Echezeaux et Montrachet. Le lot bourguignon numéro 71, fort de douze bouteilles de Romanée-Conti, est parti pour 144 000 francs.

L’après-midi était ensuite consacrée aux bordeaux, avec 3000 bouteilles provenant de 34 châteaux. Ce trésor contenait entre autres un lot numéro 548, avec un millésime défiant toutes les règles en dates limites de consommation: une bouteille de Château d’Yquem 1848, vendue à 16 800 francs.

Tout en expertise et sans snobisme, Michael Ganne, bordelais et directeur exécutif de Baghera Wines, a achevé la vente avec le premier millésime d’un cru californien: «Screaming Eagle», 1992. Six magnums (de 1,5 litre chacun) de ce cabernet sauvignon ont été payés 132 000 francs (lot 660).

Lausannois et Anglais

En ces temps de nouvelles technologies et de connexions, une cinquantaine de clients se trouvaient parfois rassemblés dans la salle des ventes. Des professionnels ou des flâneurs avertis et dotés d’un solide pouvoir d’achat. Les seconds paraissant souvent plus inspirés par les bordeaux que par les bourgogne.

Comme Arthur, un Lausannois accompagné d’un frère anonyme mais passionné: «J’achète pour boire ou investir. En l’occurrence, je convoite une caisse de premiers grands crus de bordeaux, entre 10 000 et 13 000 francs.» Gareth, commerçant anglais, sollicitait souvent l’attention du commissaire-priseur: «Je travaille avec un carnet de commandes portant sur 1 à 2 millions. Ces ordres proviennent d’intermédiaires britanniques, actifs sur les marchés d’Extrême-Orient.»

La vente aux enchères de vins dirigée hier à Genève par Michael Ganne, directeur exécutif de Baghera Wines, a atteint le plus gros montant dans cette spécialité depuis neuf ans en Suisse.  (TDG)

Créé: 22.05.2016, 22h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.