La Suisse, cet îlot fragile de prospérité

Rétrospective 2014L’économie a traversé 2014 en bombant le torse face aux autres pays. Mais les lézardes se multiplient dans le secteur bancaire.

Aroul Wil avait des airs de Winkelried du XXIe siècle à sa sortie du tribunal de Floride qui l'a acquitté.

Aroul Wil avait des airs de Winkelried du XXIe siècle à sa sortie du tribunal de Floride qui l'a acquitté. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’image restera gravée au sein de l’histoire de la place financière helvétique. Le 3 novembre, parce que l’accusation n’a pas pu établir un lien solide entre Raoul Weil et les malversations reprochées à la division nord-américaine d’UBS pour aider quelque 17 000 clients américains à contourner le fisc de leur pays au début des années 2000, une cour de Floride acquitte le banquier. En sortant du tribunal, Raoul Weil avait des airs de Winkelried du XXIe siècle.

Mise à rude épreuve depuis cinq ans, depuis ce «funeste» 13 mars 2009 lorsque l’ancien conseiller fédéral Hans-Rudolf Merz annonça un assouplissement du secret bancaire, la place financière a pu savourer, ce 3 novembre, si ce n’est une revanche, au moins un répit. De courte durée car l’année qui s’achève a continué à secouer la branche. Notamment à coups d’amendes gigantesques. En mai, Credit Suisse écope d’une pénalité de 2,6 milliards de dollars (2,5 milliards de francs) pour avoir aidé des clients américains à frauder le fisc. En novembre, une nouvelle pluie d’amendes s’abat sur des établissements – dont UBS – accusés d’avoir manipulé les taux de change.

L’horlogerie domine

Durant toute l’année, des équipes entières de juristes ont dû éplucher les comptes de leurs clients sensibles pour répondre aux impératifs du programme américain. Et, dans certains cas, éconduire sans ménagement leurs relations d’affaires. Confrontées à une hausse de leurs coûts juridiques et informatiques, sommées de muscler leurs fonds propres, les banques de gestion de fortune tirent la langue. La consolidation de la branche, qui a déjà commencé, se poursuivra en 2015. D’autres secteurs s’en sortent mieux. L’horlogerie domine, crânement, les autres branches, à peine freinée par l’émoussement de l’insolente croissance chinoise, où des règles très sévères dans l’attribution des cadeaux aux fonctionnaires ont rendu plus difficile la distribution d’une montre Made in Switzerland, ou de l’apparition des montres connectées. Cette branche étant particulièrement bien représentée dans l’arc lémanique, elle explique en partie la bonne tenue des PIB (produit intérieur brut) enregistrés, sauf surprise de dernière minute, dans les cantons de Genève (2,2%) et de Vaud (2,1%).

Malgré la cherté du franc, la Suisse dans son ensemble peut s’appuyer sur une double diversité, celle de son tissu économique et celle de ses marchés. Car, si l’Union européenne, et en particulier l’Allemagne, demeure son partenaire commercial principal, les multinationales helvétiques – Nestlé, les deux pharmas, ABB etc. – retirent aussi d’importants revenus d’Asie ou d’Amérique.

Mégafusions et commerce international

L’année qui s’achève a aussi été marquée par le retour sur le devant de la scène des mégafusions. A l’international, comme en Suisse (lire ci-contre). A la fin de novembre, les 160 pays de l’Organisation mondiale du commerce ont aussi relancé les échanges internationaux. En débloquant une machine grippée par le veto de l’Inde, qui voulait protéger son secteur alimentaire, l’OMC estime que les gains espérés grâce à des facilités douanières se chiffrent à mille milliards de dollars.

Créé: 23.12.2014, 21h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...