Les stations-service se raréfient comme jamais

CarburantEn deux ans, 86 points de vente ont disparu en Suisse. Un millier pourrait suivre ces prochaines années.

En Suisse, 3461 stations figuraient parmi les membres de l’Union pétrolière le 1er janvier dernier, contre 5466 en 1980. A ces chiffres, il convient d’en ajouter un petit millier: les sites indépendants, qui souffrent plus et qui ferment davantage, mais qui ne sont pas répertoriés par ce groupement.

En Suisse, 3461 stations figuraient parmi les membres de l’Union pétrolière le 1er janvier dernier, contre 5466 en 1980. A ces chiffres, il convient d’en ajouter un petit millier: les sites indépendants, qui souffrent plus et qui ferment davantage, mais qui ne sont pas répertoriés par ce groupement. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les stations-service périclitent. Elles tombent les unes après les autres. En ville de Genève, le garage Hoffer a fermé ses portes. Remplacé par un immeuble. Le bureau du Haut-Commissariat aux réfugiés, à la rue de Montbrillant, s’est lui aussi construit sur les décombres d’anciennes pompes à essence. Les grands groupes ne sont pas épargnés. Tamoil a encore fermé une station à Lausanne l’an dernier. Le groupe azéri Socar, qui a absorbé en 2011 le maillon d’Esso, en a également écarté au passage.

En Suisse, 3461 stations figuraient parmi les membres de l’Union pétrolière le 1er janvier, contre 5466 en 1980. A ces chiffres, il convient d’en ajouter un petit millier: les sites indépendants, qui souffrent plus et qui ferment davantage, mais qui ne sont pas répertoriés (voir infographies).

La chute n’est pas terminée
«Le nombre de stations-service va encore baisser. Je pense que si mille d’entre elles devaient fermer leur porte, on aurait encore en Suisse un service meilleur pour les automobilistes qu’en France ou en Allemagne», anticipe Daniel Hofer, directeur général de Migrol. Dans ces pays, la chute est d’ailleurs plus forte.

Le nombre de voitures ne cesse pourtant de croître; on en recense pas moins de 541 pour mille habitants en Suisse. Jamais non plus le transport de marchandises dans le pays ne s’est autant fait par la route; deux records qui expliquent largement pourquoi la chute est moins spectaculaire sur sol helvétique. Une économie solide et des questions topographiques expliquent aussi pourquoi le réseau suisse de stations-service est le plus dense au monde.

Mais les nouveaux véhicules consomment moins: l’an dernier, la consommation totale de carburant dans le pays a diminué de presque 4%. «Les nouvelles normes – de sécurité et environnementales – engendrent des frais plus lourds, qu’on ne peut que compenser avec de grands volumes», indique Jean Krucker, l’ex-président de l’Association genevoise des exploitants de stations-service. «L’interdiction d’y vendre de l’alcool a compliqué les choses», ajoute le retraité.

L’impact varié du franc fort
Et les bas prix du carburant (jamais en Suisse ils n’ont été aussi abordables en douze ans)? Leur impact est faible car les stations-service ne prennent pas une commission en pourcentage mais un prix fixe, en centimes par litre. Le franc fort par contre pèse lourd, les gérants dans les communes frontalières s’en plaignent.

Pour Daniel Hofer, ses répercussions sur les cantons frontaliers sont pourtant moindres en terres romandes: «Le réseau des stations-service est moins dense en France qu’en Allemagne. Depuis Anières, il faut par exemple rouler pas moins de 15 kilomètres en France pour en trouver une», dit-il.

Avia, leader helvétique du secteur, investit dans des projets prometteurs mais réduit ses forces ailleurs, indique son directeur Patrick Staubli. Selon lui, les stations doivent avant tout être très bien localisées. D’autres experts estiment qu’elles doivent être munies d’un magasin tiers pour compenser les faibles marges générées par l’essence et le diesel. Les stations qui marchent le mieux sont situées le long des autoroutes et sont accompagnées d’une boutique de plus de 50 m2, selon l’Union pétrolière.

Stéphane Trachsler, membre du directoire de Tamoil, souligne de son côté que de récents investissements importants sur les automates des stations-service – désormais munis de nouveaux logiciels pour carte de crédit – ont poussé les entreprises à repenser leur réseau. Le propriétaire de la raffinerie de Collombey, qui possédait 309 points de vente en Suisse en 2012, n’en recense plus que 262. Avia en compte 604, contre 672 quatre ans plus tôt.

Partout, le secteur a changé de visage. En France, les stations sont absorbées par les supermarchés; en Allemagne et en Suisse, elles intègrent des grands groupes. En Suisse, derrière Avia, figurent dans l’ordre les firmes Agrola, BP, Ruedi Rüssel, Migrol, Tamoil, ENI et Shell.

(TDG)

Créé: 15.02.2016, 21h15

Articles en relation

Les carburants au plus bas depuis douze ans en Suisse

Produits pétroliers Le plongeon du brut ramène les tarifs de l’essence à leurs niveaux de 2003. Il vient aussi saper les efforts actuels sur l’environnement Plus...

En Suisse, la voiture pollue davantage que l’avion et le train

Transport et environnement Sur la route et dans les airs, les modèles neufs émettent moins de gaz à effet de serre. Mais ils sont plus nombreux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Pour ou contre l'écornage des vaches?
Plus...