Passer au contenu principal

Stadler Rail a poursuivi sa croissance en 2019

Evoquant l'exercice en cours, Stadler Rail anticipe une nouvelle progression à deux chiffres de ses revenus.

Stadler continue de glisser sur les rails du succès.
Stadler continue de glisser sur les rails du succès.
Keystone

Stadler Rail a poursuivi sa croissance l'an dernier. Alors que les commandes ont bondi de 60% à plus de 5 milliards de francs, les revenus se sont aussi envolés de pas loin de deux-tiers (60%) à 3,2 milliards. Mais le fabricant thurgovien de matériel ferroviaire a vu sa marge opérationnelle (Ebit) se détériorer à 6%, contre 7,5% en 2018.

Selon les chiffres provisoires dévoilés vendredi, les commandes ont atteint un niveau inédit, tout comme le carnet d'ordres, précise le groupe établi à Bussnang. Celui-ci note que les affaires de services et de maintenance ont nettement dépassé les attentes, les contrats signés ayant atteint 800 millions de francs.

En revanche, le chiffre d'affaires, le résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (Ebit), ainsi que la marge correspondante se sont révélés inférieurs aux propres attentes de l'entreprise. Stadler Rail attribue l'évolution aux investissements consentis dans de nouvelles technologies, notamment dans le domaine de la traction, les batteries ainsi que le développement d'un nouveau modèle de tramway.

Ces dépenses incluent aussi des surcoûts pour certains projets, dont en particulier celui avec la compagnie de chemins de fer britannique East Anglia, lequel a souffert de retards. En raison du problème technique d'un équipement, la commande n'a pas pu être acceptée conformément au calendrier prévu par le client.

Provision en vue d'une pénalité

Stadler Rail pourrait dès lors avoir à s'acquitter d'une pénalité financière, a expliqué le directeur général Thomas Ahlburg, lors d'une conférence téléphonique. A cet effet, le groupe thurgovien a dû passer une provision à hauteur «d'un petit montant à deux chiffres en millions de francs».

M. Ahlburg n'a pas souhaité fournir plus de détails à ce sujet, les discussions avec East Anglia étant toujours en cours. Outre ce retard, Stadler Rail a aussi vu sa marge rognée par des effets de changes défavorables, notamment pour les couronnes norvégienne et suédoise. Les coûts de commercialisation ont aussi dépassé les attentes, reflet de la forte hausse des commandes.

Le groupe a vu son effectif fortement progresser, de près d'un quart à quelque 10'500 emplois à temps plein en moyenne. L'an dernier, Stadler Rail a livré au total 444 compositions, dont les trains à grande vitesse Giruno pour les CFF, un volume en hausse de 80%. Si le résultat d'exploitation (Ebit) a aussi progressé, la marge correspondante a elle fléchi à 6%, soit moins que les 7% attendus par le groupe.

Lors de son entrée en Bourse au printemps dernier, l'entreprise contrôlée par l'ex-conseiller national Peter Spuhler (UDC/TG) avait fait miroiter une marge Ebit entre 8 et 9% à l'horizon 2020. Selon les dernières estimations de l'entreprise, le conseil d'administration entend proposer aux actionnaires le versement d'un dividende de 1,20 franc par action, soit un montant total de 120 millions.

Objectif confirmé

Evoquant l'exercice en cours, Stadler Rail anticipe une nouvelle progression à deux chiffres de ses revenus, qui devraient atteindre l'objectif fixé à 4 milliards de francs, pour autant que la stabilité reste de mise sur le front des devises.

Mais le haut niveau des investissements ainsi que des charges supplémentaires vont encore peser sur les marges. Les résultats détaillés et audités de l'exercice 2019 seront dévoilés le 5 mars prochain.

A la lumière de ces premiers chiffres, la Banque cantonale de Zurich (ZKB) entend revoir à la baisse ses anticipations. Abondant dans le même sens UBS note pour sa part qu'il s'agit du 2e avertissement sur résultat de Stadler Rail depuis son entrée en Bourse. Les attentes du consensus pour 2020 devraient dès lors être réduites de 15%.

Les investisseurs n'ont pas non plus tardé à sanctionner ces premières informations, en particulier le repli de la marge opérationnelle. Vers 10h30, le titre Stadler Rail, lanterne rouge du marché élargi, plongeait de 4,2% à 45,80 francs, alors que l'indice élargi SPI progressait de 0,31%.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.