SoftBank Group injecte 5 milliards dans WeWork

Etats-UnisLe Japonais SoftBank vient finalement à la rescousse du géant du coworking WeWork dont le PDG controversé a pris la porte.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Célébrée il y a encore peu comme une des étoiles de l'économie du partage, l'entreprise de «co-working» WeWork a dû se résoudre à être sauvée par son actionnaire japonais SoftBank Group, qui va y dépêcher un lieutenant à la place de son emblématique PDG.

SoftBank Group a annoncé mercredi une injection de fonds supplémentaires de 5 milliards de dollars dans WeWork ainsi qu'une offre publique d'achat sur les titres qu'il ne possède pas encore, pour un montant maximal de 3 milliards de dollars. Le paiement par SoftBank Group à WeWork d'une échéance d'obligations pour un montant de 1,5 milliard de dollars sera aussi accéléré, a ajouté la firme nippone.

SoftBank, qui détient actuellement 29% du capital de WeWork, va monter à 80%, mais «ne contrôlera pas la majorité des droits de vote aux réunions du conseil d'administration». Il n'a cependant pas précisé quelle serait la répartition de ces droits ni la raison pour laquelle il y renonçait. «WeWork sera un partenaire de SoftBank», est-il seulement indiqué dans un communiqué.

Masayoshi Son y croit

Le plan de SoftBank, propriété du milliardaire nippon Masayoshi Son, implique le départ définitif des instances dirigeantes de l'ancien PDG Adam Neumann, dont les frasques ont fini par lasser les milieux d'affaires et étaient devenues un repoussoir pour de potentiels investisseurs.

«SoftBank est fermement convaincu que le monde du travail est en train de changer radicalement. WeWork est à l'avant-garde de cette révolution. Il n'est pas rare que les principaux pionniers technologiques du monde soient confrontés à des problèmes de croissance similaires à ceux auxquels WeWork vient de faire face», a justifié Masayoshi Son, fondateur et président de SoftBank Group, cité dans le communiqué.

Le milliardaire Son a souvent vanté publiquement lors de ses conférences de presse à Tokyo les mérites de WeWork et son discours reste donc inchangé. D'où, explique Masayoshi, le fait que «SoftBank ait décidé d'apporter une importante injection de capital et un soutien opérationnel à WeWork».

Pour aider l'entreprise une fois ces transactions faites, SoftBank va dépêcher à la tête du conseil d'administration de The We Company (raison sociale de la maison mère de WeWork) Marcelo Claure, qui a déjà aidé à redresser la filiale de services mobiles Sprint aux Etats-Unis.

L'extravagant patron Neumann ne conservera plus qu'une petite participation au capital et un titre symbolique d'observateur. Sans l'apport financier de son actionnaire nippon, WeWork, relégué dans la catégorie des investissements spéculatifs par les agences de notation, se serait retrouvé à court de liquidités d'ici la fin novembre, estiment les analystes financiers.

Restructuration

Le sauvetage de WeWork illustre les difficultés d'une entreprise qui a vu trop vite les choses en grand, confortée par des investisseurs prêts à passer beaucoup de choses aux «stars» de la nouvelle économie. Mais, comme avec Uber et Lyft, les interrogations se sont multipliées ces derniers mois sur la capacité de WeWork à être rentable et à faire face au ralentissement économique mondial, l'immobilier étant souvent l'un des premiers secteurs touchés.

WeWork, dont les bureaux ultra-modernes sont souvent situés au coeur des mégalopoles comme Londres ou encore New York, a ainsi été contraint de renoncer en septembre à ce qui devait être l'une des introductions en Bourse les plus attendues de l'année.

L'entrée à Wall Street aurait pu lui permettre de lever au moins 3 milliards de dollars et de bénéficier en plus d'une ligne de crédit de 6 milliards de dollars auprès de grandes banques. Réputé pour dépenser beaucoup d'argent afin d'alimenter sa rapide expansion, le groupe a encore accusé en 2018 une perte de 2 milliards de dollars pour un chiffre d'affaires de 1,82 milliard.

Avec le plan de SoftBank, «nous aurons la possibilité de continuer à rationaliser nos actifs et à stabiliser nos activités sans sacrifier notre marque mondiale», ont commenté Artie Minson et Sebastian Gunningham, les actuels deux co-directeurs de WeWork, également cités dans le communiqué.

Ils disent vouloir recentrer la firme sur son coeur de métier, le co-working (espaces de bureaux tout équipés partagés). La vente d'actifs non stratégiques et des suppressions d'emplois sont prévues, selon des sources proches du dossier. WeWork gère aujourd'hui plus de 500 sites répartis dans une trentaine de pays, et emploie 12'500 salariés. (afp/nxp)

Créé: 23.10.2019, 06h04

Articles en relation

L'ex-patron de WeWork n'est plus milliardaire

Etats-Unis La fortune d'Adam Neumann, patron évincé de WeWork pour son style de management, n'est plus «que» 600 millions de dollars. Plus...

WeWork reporte son entrée en Bourse

Immobilier Prévue initialement la semaine dernière, l'introduction en Bourse de WeWork avait finalement été repoussée en raison d'un accueil réservé des potentiels investisseurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Regula Rytz vise le siège d'Ignacio Cassis
Plus...