Une société artificiellement intelligente

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Chômage massif, robots tueurs, humains asservis. L’intelligence artificielle (IA) effraie. Mais n’ayons crainte! Même les programmes d’IA les plus avancés (prenons AlphaGo, l’imbattable joueur de Go virtuel développé par Google) ne sont capables de réaliser qu’une seule tâche bien définie (jouer au Go) souvent effectuée mieux que nous. Demandez-lui un café, vous ne boirez que du vent.

L’IA aujourd’hui reste très loin d’une IA généralisée qui prendrait le contrôle sur notre espèce. Et rien de magique derrière cette technologie, bien au contraire. Des formules mathématiques combinées à des calculs réalisés par nos ordinateurs et des masses de données forment la base des systèmes intelligents. Un processus tangible nécessitant de l’espace, du temps et de l’énergie pour créer ces outils puissants dont nous faisons usage quotidiennement.

Amazon nous recommande des livres, Facebook suggère de nouvelles amitiés, Google place astucieusement des publicités en fonction de nos activités digitales. Mais quelle place pour l’IA dans notre société? Oui, certains de nos métiers seront remplacés. Du moins certains aspects. La force de l’IA est de pouvoir automatiser des tâches répétitives. Trier des grains de riz, reconnaître des panneaux routiers, détecter des cellules cancéreuses. Les activités créatives et sociales se maintiendront cependant hors d’atteinte.

La machine, aussi intelligente qu’elle soit, ne fait preuve d’aucune sensibilité. Ces programmes sont par ailleurs créés par des ingénieurs en chair et en os, dont les biais se retrouvent au sein des lignes de code. Or, c’est un domaine où la diversité ne prime pas. L’hétérosexuel blanc domine ici aussi et cela pose des problèmes que nous devons régler rapidement. Il serait inadmissible que des algorithmes judiciaires déterminant le risque de récidive d’un criminel soient moins tolérants avec certaines éthnies.

Nos sociétés font actuellement face à deux défis majeurs: les inégalités et la durabilité. L’IA peut être l’une des clés de la solution. Mais, aujourd’hui, les programmes intelligents servent principalement à augmenter le profit de grandes entreprises. Pour empêcher davantage les inégalités de se creuser et le fragile équilibre naturel se dérégler, il est primordial d’ériger des garde-fous qui garantiront un avenir serein.

Les politiques doivent dès maintenant s’atteler à établir des régulations qui nous protégeront des potentielles dérives de l’utilisation de l’IA. La protection de la sphère privée, la gestion des ressources et l’éthique doivent servir de phares au développement de cette technologie.

La troisième révolution industrielle, celle d’Internet, a généré une quantité incommensurable de données. La quatrième révolution, celle de l’IA, permettra de les traiter pour en extraire de l’information utile à notre développement durable. L’intelligence artificielle non pas comme fin en soi, mais au service d’un monde meilleur. (TDG)

Créé: 12.02.2018, 08h26


Retrouvez ici tous les invités de la Tribune de Genève La rubrique L’invité(e) est une tribune libre (3000 signes, espaces compris) sélectionnée par la rédaction. Avant d’envoyer votre contribution, prenez contact assez tôt à courrier@tdg.ch, afin de planifier au mieux son éventuelle publication.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Assurance: les spécialistes sont-ils trop payés?
Plus...