Les sites porno font bondir les livraisons de repas

MarketingUne société américaine de livraisons de repas 24h/24 a misé sur les sites pornographiques pour sa publicité, en jouant sur un créneau provocateur. Résultat des courses: des bannières cinq fois plus cliquées qu'avant.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Et si une bannière ou un spot publicitaire sur un site pornographique était bien plus efficace que des outils de communication similaires sur tous les grands réseaux sociaux réunis? Plus discret en apparence que Facebook, Twitter ou LinkedIn, les sites X drainent un public impressionnant. Et une chaîne américaine de livraison de repas à domicile a entrepris de transformer ces visiteurs en clients.

Eat24 n'en est pas à son coup d'essai en matière de communication originale. Mais cette nouvelle stratégie que rapporte le site docnews.fr va plus loin. La société américaine a décidé de faire l'impasse sur les médias traditionnels pour ses annonces, misant tout sur les sites pornographiques.

Le pub gratuite des stars du porno

Et cette idée n'est pas venue toute seule: tout est parti d'une série de messages délivrés sur les réseaux sociaux par des stars du porno qui apprécient la marque. Gratuitement, Tera Patrick, Daisy Lynn, Andy San Dimas et Tara Lynn Foxx ont notamment affiché leur goût pour les repas livrés par Eat24. Et ce, gratuitement, sans la moindre rétribution.

Cette découverte a intéressé les dirigeants de l'entreprise qui ont décidé de saisir la balle au bond. Une rapide analyse du marché des sites porno a permis de voir tout le potentiel de ces plate-formes en matière de trafic: ces sites génèrent, selon Eat24, 30% de la totalité du trafic web aux États-Unis, et 197'806 internautes américains s'y connectent toutes les dix secondes. Et dans les enquêtes de popularité, la majorité des 100 sites les plus populaires outre Atlantique sont des sites pornos, devant des institutions comme Forbes ou encore le Wall Street Journal.

Plus de visiteurs et des emplacements moins chers

Et cette popularité se retrouve dans les chiffres du trafic: le nombre de visiteurs américains cumulé de Google , Twitter et Facebook n'atteint pas la fréquentation des sites pour adultes. Un potentiel énorme atteignable à un prix modique: 10% du prix de revient d'une publicitaire sur les grands networks, selon docnews.fr.

Or, le côté sulfureux de ces sites internet a jusqu'alors freiné les annonceurs: 99% des bannières pub sur ces sites renvoient vers des contenus du même genre. Les sociétés extérieures à l'univers du X ne représentent qu'1% du marché, souvent des entreprises vantant et vendant les bienfaits de pilules miracles.

Une campagne adaptée au support

Mais pour Eat24, pas question de se lancer sur ce créneau sans un message adapté au support. Une campagne flirtant avec le sujet, multipliant allusions et doubles-sens, dans un esprit volontiers taquin, afin de faire naître l'appétit des visiteurs de ces sites.

Et le retour a été rapide. Selon Eat24, les bannières publicitaires mises en ligne sur les sites porno ont été cliquées cinq fois plus que les campagnes menées sur d'autres supports. Par rapport aux trois grands sites évoqués plus haut, le rendement en clics est triplé.

Ainsi que le rapporte docnews.fr, cette campagne baptisée #NoPantsNation a touché des dizaines de milliers d’américains et la marque a vu son nombre de commandes et de téléchargements de son application considérablement augmenter, particulièrement aux heures tardives.

Des clients plus fidèles et plus gourmands

Mieux encore: un nouveau public a été touché. En effet, neuf visiteurs du site eat24hours.com sur dix venaient pour la première fois sur la plateforme de commande de repas. Et celle-ci a calculé que le taux de fidélisation de cette clientèle est quatre fois supérieur à ceux des clients touchés sur Facebook. Sans même compter l'appétit des amateurs de porno, qui ne se contentent pas d'un plat mais optent en général pour un menu complet.

Enfin, Eat24 s'est amusé à tirer du trafic quelques statistiques croustillantes: Chicago est la ville américaine dont les habitants fréquentent le plus ces sites, tandis que les New-Yorkais surfent sur les sites X lors de la pause méridienne, soit bien plus tard que les Texans qui vont sur ces sites à l'aube. (nxp)

Créé: 18.09.2013, 11h25

Articles en relation

L’industrie porno est à la pointe de l’innovation

Lift 13 Lutte contre le piratage, adoption de nouvelles technologies: le monde du porno préfère accompagner les changements plutôt que les combattre. Rencontre avec Kate Darling, jeune chercheuse américano-suisse. Plus...

Les parlementaires se connectaient à des sites porno

Grande-Bretagne Près de 300'000 «tentatives de connexion» à des sites pornographiques ont été enregistrées entre mai 2012 et juillet 2013 depuis des ordinateurs du Parlement britannique. Plus...

Au Vatican, on télécharge (aussi) du porno

Piratage Des séries, quelques films, pas de MP3 mais du porno: les habitudes de téléchargement du Vatican ont été passées à la loupe. Plus...

L’Europe refuse d’interdire le porno

Internet Les clics ne tariront pas de sitôt sur les sites X. Les députés européens ont refusé mardi de contraindre les Etats à interdire tout contenu pornographique dans les médias, y compris sur le Net. Plus...

Le porno bientôt interdit sur le Net?

Censure Le Parlement européen votera mardi sur un projet de résolution pour l'interdiction de la pornographie dans les médias, y compris sur internet. Tollé général sur la Toile. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bolsonaro chez Trump
Plus...