Passer au contenu principal

Après Singapour, Hongkong lève les séquestres sur les biens d’Yves Bouvier

La mesure avait été exigée par l’ex oligarque accusant l’homme d’affaires genevois d’escroquerie dans la vente de toiles de maîtres.

Durant dix ans, Yves Bouvier a permis à Dmitri Rybolovlev d’acquérir des dizaines de toiles de maîtres.
Durant dix ans, Yves Bouvier a permis à Dmitri Rybolovlev d’acquérir des dizaines de toiles de maîtres.
Georges Cabrera

Ce vendredi, la Cour d’appel de Hongkong a ordonné de mettre un terme au gel des avoirs d’Yves Bouvier, le patron de la société genevoise Natural Le Coultre. Une décision similaire a été prononcée à Singapour il y a quinze jours.

Cette mesure visant à empêcher l’homme d’affaires genevois — également marchand d’art — de dissimuler ses avoirs avait été prononcée par la justice hongkongaise le 12 mars et confirmée en juillet. Son retrait est vécu par l’entourage d’Yves Bouvier comme une nouvelle victoire dans la guerre judiciaire qui l’oppose à Dmitri Rybolovlev, un milliardaire installé à Monaco. "Cette capitulation serait-elle annonciatrice d'une prise de conscience? La raison aurait-elle frappé à la porte des adversaires d'Yves Bouviers?" insistait dimanche son avocat genevois, Me David Bitton.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.