Passer au contenu principal

EnergieSaudi Aramco: entrée en Bourse historique

L'action du géant pétrolier saoudien s'est envolée de 10% pour ses premiers pas en Bourse mercredi.

Yasir al-Rumayyan, président de Saudi Aramco (3 novembre 2019).
Yasir al-Rumayyan, président de Saudi Aramco (3 novembre 2019).
AFP

L'action de Saudi Aramco s'envole pour ses débuts en Bourse L'action du géant pétrolier saoudien Aramco s'est envolée de 10% pour ses débuts mercredi sur la place boursière de Ryad. L'opération a représenté la plus grosse introduction en Bourse de l'histoire.

Le cours de l'action du mastodonte de l'or noir a gagné 3,2 riyals portant sa valeur à 35,2 riyals (9,2 francs), quelques secondes seulement après que le directeur général d'Aramco, Amin Nasser, a fait sonner la cloche marquant les débuts de l'entreprise en Bourse à 07H30 GMT.

25,6 milliards de dollars

Aramco avait fixé le prix initial de son action à 32 riyals (8,53 dollars) et affirmé avoir levé 25,6 milliards de dollars, dépassant la somme record des 25 milliards de dollars levés en 2014 par le géant chinois du commerce en ligne Alibaba, à Wall Street. La cotation de l'entreprise qui génère le plus de bénéfices au monde propulse la Bourse saoudienne parmi les dix premières au monde.

«Aujourd'hui, le royaume d'Arabie saoudite n'est plus le seul actionnaire de l'entreprise», a déclaré le président du conseil d'administration d'Aramco, Yasir al-Rumayyan, lors d'une grande cérémonie organisée mercredi matin.

«Plus de cinq millions d'actionnaires, dont des citoyens et des résidents, ainsi que des pays (du Golfe) et des institutions internationales d'investissement y ont adhéré. C'est un jour où tout le monde à Aramco et dans le royaume peut être extrêmement fier», s'est-il félicité.

Objectif «2000 milliards»

L'opération s'inscrit dans le cadre d'un vaste plan de réforme destiné à diversifier l'économie saoudienne largement dépendante de l'exportation de brut. Les revenus générés devraient être injectés dans des mégaprojets d'infrastructures dans lesquels le royaume s'est lancé sous la houlette du prince héritier Mohammed ben Salmane, notamment dans les secteurs du tourisme et du divertissement.

Mais sur fond de chute des cours du brut et de tensions régionales, les espoirs d'une valorisation de l'entreprise à 2000 milliards de dollars ont été revu à la baisse à quelque 1700 milliards. L'introduction en Bourse d'Aramco, annoncée pour la première fois en 2016 avant d'être plusieurs fois repoussée, devait initialement rapporter jusqu'à 100 milliards de dollars avec la vente de jusqu'à 5% de l'entreprise publique.

Aramco a finalement annoncé qu'il allait mettre en vente 1,5% de son capital à Ryad. Les projets du gouvernement saoudien de lever des fonds supplémentaires avec l'entrée sur une place boursière internationale restent en suspens et l'introduction à Ryad a finalement été fortement axée sur les investisseurs saoudiens et d'autres pays du Golfe.

Les autorités tentent désormais de persuader les familles et les institutions fortunées du pays d'acheter des actions d'Aramco en circulation, pour atteindre la barre des 2000 milliards de dollars en faisant monter le prix du titre, selon un article du Financial Times.

Apport de l'Etat saoudien

Deux tiers des actions ont été réservés aux investisseurs institutionnels et le gouvernement saoudien a fini par mettre la main à la poche pour assurer le succès de l'opération, qui devait à l'origine permettre de lever des fonds privés afin de les réinjecter dans la diversification économique du royaume. Les organismes gouvernementaux saoudiens ont représenté 13,2% de la tranche institutionnelle, investissant environ 2,3 milliards de dollars, selon Samba Capital, une des entreprises chargées de piloter l'introduction en Bourse.

Les analystes les plus sceptiques estiment que les recettes de l'opération couvriront à peine le déficit budgétaire abyssal du royaume pendant un an. L'introduction en Bourse s'accompagne également d'une pression sur les prix du pétrole en raison de la morosité de l'économie mondiale frappée par la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et de la production record des exportateurs de pétrole brut hors OPEP.

ATS

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.