Le Salon de l’auto boucle sur une chute de fréquentation de 9%

ManifestationEn tout, seules 602 000 personnes se sont rendues à la manifestation phare du secteur automobile, à Genève.

Sur le long terme, son directeur André Hefti estime toutefois que le Salon de l’automobile va bel et bien devoir «évoluer en ne se concentrant plus forcément sur l’automobile, mais en embrassant tous les problèmes liés à la mobilité».

Sur le long terme, son directeur André Hefti estime toutefois que le Salon de l’automobile va bel et bien devoir «évoluer en ne se concentrant plus forcément sur l’automobile, mais en embrassant tous les problèmes liés à la mobilité». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les premiers chiffres disponibles l’avaient laissé entendre: le Salon de l’automobile de Genève attire de moins en moins de monde. En tout, seules 602 000 personnes se sont finalement rendues à cette manifestation phare du secteur, annonçant chaque année l’arrivée imminente du printemps. À titre de comparaison annuelle, cela débouche sur une baisse de fréquentation de 9%.

«Nous sommes confrontés aux mêmes défis structurels que les autres manifestations. C’est par exemple le cas pour le salon de Francfort, qui a perdu 130 000 visiteurs entre son édition 2015 et celle de 2017», explique André Hefti, sans nier que cette baisse est forcément un peu décevante. Suite à un sondage mené auprès des exposants, «ces derniers se disent heureusement satisfaits de cette édition», assure le directeur général sur le départ (il sera remplacé en juillet par Olivier Rihs).

Contrairement aux bruits qui ont pu circuler au cours des deux dernières semaines, la durée du salon ne changera pas. «Seule l’exposition de la halle 7, qui accueille accessoiristes et équipementiers, sera raccourcie à cinq jours. Nous avons en effet constaté que onze jours de salon, c’était trop long pour eux», explique André Hefti en regrettant le quiproquo de ces derniers jours.

Nous faisons face aux mêmes défis que les autres manifestations

Quant aux retraits de certaines marques emblématiques, le directeur du salon assure que les raisons sont différentes pour chaque cas, le plus souvent propres aux constructeurs concernés. «Prenez Jaguar Land Rover ou Ford, ces deux marques vivent des temps particulièrement compliqués», donne-t-il pour l’exemple.

Vers un salon de la mobilité

Sur le long terme, André Hefti estime toutefois que le Salon de l’auto va bel et bien devoir évoluer en ne se concentrant plus forcément sur la voiture, mais en embrassant tous les problèmes liés à la mobilité. Et cela quitte à accueillir de nouveaux acteurs. «Qui aurait cru, il y a quelques années en arrière, que les CFF seraient présents à Palexpo durant ce salon», se demande-t-il? Dans les années à venir, en réponse à ce changement de paradigme, e-bike et autres solutions de mobilité douce pourraient finir par côtoyer les bolides classiques.

À noter que les dates pour le prochain salon sont d’ores et déjà fixées. Après les journées presse du 3 et 4 mars, les visiteurs pourront se rendre au salon dès le jeudi 5 jusqu’au dimanche 15 mars 2020.

Créé: 17.03.2019, 20h14

Articles en relation

Les fabricants automobiles peinent à remplir leurs carnets de commandes

Mobilité Le Salon de l’automobile de Genève ouvre cette semaine. Les défis sont nombreux pour une industrie en pleine mutation. Plus...

La voiture électrique s’impose malgré l’accueil mitigé en Suisse

Salon de l'auto Le Salon international de l’automobile de Genève doit relever le défi de la technologie, celui de l’écologie, et contrer la défection de certains constructeurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Poulidor
Plus...