Au salon Artgenève, ArtMyn révèle l’ADN des tableaux

GenèveLes Ports Francs présentent au monde de l’art une PME de l’EPFL qui établit les passeports des œuvres avec son «dôme».

Loïc Baboulaz, Julien Lalande, Matthieu Rudelle: trois 
des quatre fondateurs d’ArtMyn devant le «Dôme», scanner 
à œuvres d’art présenté à Artgenève.

Loïc Baboulaz, Julien Lalande, Matthieu Rudelle: trois des quatre fondateurs d’ArtMyn devant le «Dôme», scanner à œuvres d’art présenté à Artgenève. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cachée, sous tente, au fond de Palexpo et ressemblant à une installation artistique, ce sera l’une des attractions de la foire Artgenève qui ouvre ses portes jeudi. Bien réel, le scanner à œuvres d’art de la société vaudoise ArtMyn est présenté dès aujourd’hui par les Ports Francs genevois à quelques visiteurs triés sur le volet.

Émanation du Laboratoire de communications audiovisuelles de l’EPFL fondé par Martin Vetterli – l’actuel président de l’institution – Artmyn réalise un «passeport biométrique en 5D» d’une œuvre. L’image de 1,07 milliard de pixels permet une exploration millimétrique des vallées formées par les aplats de peinture et les empâtements de l’œuvre, à la manière du survol d’une zone géographique avec Google Earth. La capture de tableaux sera proposée gratuitement durant la foire Artgenève qui se tient jusqu’à dimanche soir.

Intérêt du service? Vérifier l’intégrité totale d’une œuvre, en valider l’authenticité, tâche incombant jusque-là aux seuls experts chargés de pondre des «rapports d’état». Mais aussi parcourir à distance un tableau, le nez collé dessus, avant de l’acheter… sans jamais l’avoir vu. «Vous n’imaginez pas le nombre de conflits juridiques ouverts par des acheteurs ou des assureurs, qui exigeaient le remboursement du tableau, après la découverte d’une éraflure», décrit Pierre-Antoine Héritier, restaurateur en activité aux Ports Francs.

«Notre force, ce n’est pas l'appareil, mais l’algorithme qui accole ces milliers de clichés parcellaires»

Des tests ont d’abord eu lieu à la Fondation Bodmer et au Musée de l’Élysée. Il y a un an, la maison Sotheby’s faisait scanner une trentaine d’œuvres – impressionnistes, Turner, Kandinsky – proposées lors de ses ventes de printemps à Londres et New York. Plongeons sous la tente de Palexpo. Un «dôme» d’appareils photo prend, une heure durant, 25 000 clichés du tableau, bas-relief ou manuscrit – spectre ultraviolet compris – pour obtenir une image compressée à 10 gigaoctets. Deux machines sont opérationnelles et quatre autres en cours de montage à l’atelier d’ArtMyn, à Saint-Sulpice.

«Notre force, ce n’est pas cet appareil, mais l’algorithme mis en place pour accoler ces milliers de clichés parcellaires – à la main, cela prend des mois – puis la gestion de ces fichiers», décrit Alexandre Catsicas, l’un des quatre cofondateurs d’ArtMyn en 2016. Soutenu à l’origine par Google et la Confédération, la société a par la suite convaincu des financiers – dont ceux de Polytech Ventures à Ecublens – de lui apporter 1,2 million de francs. Ces derniers devraient remettre au pot dans les prochaines semaines, à l’occasion d’un nouvel appel de fonds.

(TDG)

Créé: 31.01.2018, 10h45

Articles en relation

Artmyn révèle la matière des chefs-d’œuvre de la peinture

Les entreprises à l'ère numérique La société issue de l’EPFL, partenaire de Sotheby’s, a développé un scanner qui dévoile chaque coup de pinceau de l’artiste. Une technologie qui intéresse d’autres applications. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Maldive, nouveau refuge de DAECH
Plus...